Comment le FN pourrait se retrouver avec 136 députés après la présidentielle | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Comment le FN pourrait se retrouver avec 136 députés après la présidentielle
©REUTERS/Jacky Naegelen

Renouvellement

Comment le FN pourrait se retrouver avec 136 députés après la présidentielle

Selon les calculs d'Oddo Securities, l'un des principales sociétés de Bourse de la place de Paris, le FN pourrait se retrouver avec 136 députés s'il obtient 30% à la présidentielle.

Le premier tour de l'élection présidentielle n'a pas encore eu lieu que, déjà, certains se préparent au 4e tour, c'est à dire les élections législatives. C'est le cas dans les salles de marchés, qui ont mis des moyens importants pour analyser les élections françaises et, en particulier, surveiller l'évolution de Marine Le Pen, qui pourrait bousculer les places boursières avec son référendum pour sortir de l'Euro.

Challenges nous rapporte ainsi que la société Oddo Securities, l'un des principales sociétés de Bourse de la place de Paris, a fait parvenir à ses clients une étude sur les possibles résultats des législatives. Réalisée à partir "des matrices de report des voix en 2012 et du mode de scrutin majoritaire à deux tours, qui entraîne des " triangulaires ", elle prédit que si Marine Le Pen fait 25% au premier tour de la présidentielle, le FN se retrouvera avec 57 députés, contre 2 actuellement.

A 30%, le nombre de députés FN passe à 136. Un nombre suffisant pour priver les autres partis d'une majorité absolue. " Ce risque vaut particulièrement si Emmanuel Macron est élu, car malgré les ralliements nombreux à sa cause, son mouvement politique, de création récente, n'a pas l'implantation locale des partis traditionnels " explique la note d'Oddo Securities

Lu sur Challenges

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !