Colère de Nicolas Sarkozy contre Nadine Morano : les coulisses de l'affaire | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Nicolas Sarkozy et Nadine Morano
Nicolas Sarkozy et Nadine Morano
©Reuters

OK Corral

Colère de Nicolas Sarkozy contre Nadine Morano : les coulisses de l'affaire

"Que dire de la stupide Nadine Morano ?" s'est agacé le président des Républicains, à la suite de ses propos sur la "race blanche".

Après quatre jours de polémique, Nicolas Sarkozy a finalement tranché. Mercredi, le président des Républicains a décidé de lâcher Nadine Morano, en demandant aux instances du parti de lui retirer son investiture pour les régionales. A l'origine, une déclaration de l'élue dans l'émission "On n'est pas couché" : "La France est un pays de race blanche."

Une polémique dont se serait bien passé l'ancien chef de l'Etat. "Que dire de la stupide Nadine Morano ?" s'est agacé Nicolas Sarkozy, mardi lors d'une réunion au siège du parti, selon des propos rapportés par Le Point. "Ne lui donnons pas de l'importance, car c'est exactement ce qu'elle cherche", a-t-il ajouté. "Je ne veux pas lui parler, car elle irait immédiatement s'en prévaloir dans la presse."

Par l'intermédiaire de son fidèle lieutenant 
Brice Hortefeux, Nicolas Sarkozy a donc demandé à Nadine Morano "d'apaiser" son discours. Las ! Mercredi matin sur Europe 1, l'eurodéputée a maintenu et répété ses propos, provoquant la fureur de son ancien mentor : "Je ne peux pas tenir. Il faut qu'on bouge sur Morano."

De son côté, l'intéressée n'a pas vu venir la sanction : "Il
 ne sait pas comment s'y prendre et évite la confrontation directe", a-t-elle confié au Point. "Je ne renierai rien de ce que j'ai dit." Et d'ajouter, menaçante : "S'il me vire, ça clashera très fort !" 

Nadine Morano sera fixée sur son sort le 7 octobre, lors de la commission nationale d'investiture du parti.

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !