Climat : Barack Obama hausse le ton sur le charbon | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Climat : Barack Obama hausse le ton sur le charbon
©

A l'attaque

Climat : Barack Obama hausse le ton sur le charbon

En s'attaquant aux centrales électriques polluantes, le président américain fait un pas décisif en faveur de la lutte contre le changement climatique.

Dix-sept ans après le protocole de Kyoto, que les États-Unis ont toujours refusé de ratifier, Barack Obama passe enfin à l'offensive sur le climat. Dans l'impasse au Congrès, le président américain souhaite reprendre la main sur un dossier qu'il travaillait depuis plusieurs mois : la lutte contre le changement climatique. Après avoir dévoilé un "plan climat" il y a pile un an, ce souhait s'est concrétisé par les actes lundi. L'Agence de protection de l'environnement (EPA) a dévoilé des propositions pour une réduction drastique des émissions de CO2 pour l'ensemble des centrales électriques existantes : une baisse de 30 % d'ici 2030 par rapport à 2005. Une mesure qui frappera d'abord les quelque 600 centrales fonctionnant au charbon, énergie fossile la plus émettrice de gaz à effet de serre.

Les centrales électriques génèrent environ un tiers de l'ensemble des émissions de gaz à effet de serre des États-Unis. Même si le gaz naturel monte en puissance, le charbon reste une composante essentielle du paysage énergétique américain. Le programme, salué comme une étape majeure par les ONG environnementales mais contre lequel nombre de républicains sont vent debout, devrait entraîner à moyen terme la fermeture de nombreuses centrales à charbon, dont plus de la moitié ont au moins 40 ans.  L'EPA prévoit de finaliser sa réglementation d'ici un an. Chaque État devra ensuite lui proposer, d'ici juin 2016, son plan d'action détaillé lui permettant d'atteindre l'objectif fixé.

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !