Clermont-Ferrand : un conseiller municipal FN élu le 30 mars, auteur d'une fusillade mortelle | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Clermont-Ferrand : un conseiller municipal FN élu le 30 mars, auteur d'une fusillade mortelle
©

Placard

Clermont-Ferrand : un conseiller municipal FN élu le 30 mars, auteur d'une fusillade mortelle

Ce fait divers a eu lieu à Belle-Île-en-Mer en 1979. Il l'a toujours caché à son parti.

Les faits se sont déroulés le 1er décembre 1979 à Belle-Île-en-Mer. Le journal La Montagne les raconte ce vendredi matin. Ils concernent Eric Assad, infirmier psychiatrique alors âgé de 24 ans. En proie à une déception amoureuse, l'homme ouvre le feu dans les rues du Palais, tuant un étudiant en droit de 23 ans et blessant grièvement un quinquagénaire de Nantes. "Un boucher de 19 ans sorti de sa boutique avait, lui, été blessé à coups de crosse" raconte le journal. Vu par un expert médico-légal, il est reconnu "en état de démence au moment des faits". La justice le déclare irresponsable, il est alors interné en hôpital psychiatrique en 1980; Il en ressortira 7 ans plus tard. 

L'histoire aurait pu s'arrêter là sauf qu'en 2014, Eric Assad fait partie de la liste Front national pour les élections municipales à Clermont-Ferrand. Le 30 mars, il est élu conseiller municipal. L'homme a pris soin de cacher son passé à son parti, précise un article mis en ligne sur le site internet lamontagne.fr. Éric Assad a dit au FN que ce fait divers concernait un "homonyme".

Les responsables locaux du FN ont dit ne pas être au courant de l'histoire. "Nous ne savions rien (...) Mais c'est sûr, M. Assad aurait dû nous parler de son passé. Si nous avions su, nous lui aurions très certainement conseillé de rester dans l'ombre, de ne pas s'exposer publiquement", a indiqué Bruno Gollnisch au journal. Wallerand de Saint-Just, avocat du FN a également dit ne pas "avoir été informé par le passé de l'élu".

Lu sur La montagne

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !