Claude Guéant : la justice le suspecte d'avoir favorisé un emploi fictif | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Claude Guéant est suspecté d'avoir favorisé un emploi fictif.
Claude Guéant est suspecté d'avoir favorisé un emploi fictif.
©Reuters

Suite

Claude Guéant : la justice le suspecte d'avoir favorisé un emploi fictif

Le Monde révèle que le parquet de Nanterre a ouvert une information judiciaire contre X, pour "détournement de fonds publics, complicité et recel" qui impliquerait Claude Guéant et Christine Boutin.

Les problèmes ne semblent jamais en finir pour Claude Guéant. Après les factures en liquide ou encore l'affaire des tableaux, l'ancien secrétaire général de l’Élysée doit en effet faire face à de nouveaux problème. Le quotidien Le Monde révèle ainsi qu'une information judiciaire, contre X, pour "détournement de fonds publics, complicité et recel" et qui impliquerait Claude Guéant a été ouverte le 10 mai par le parquet de Nanterre.

L'ancien ministre de l'Intérieur aurait donc selon les premières informations favorisé il y a cinq ans le recrutement du maire UMP du Plessis-Robinson, Philippe Pemezec, au cabinet de Christine Boutin, qui occupait alors le poste de ministre du Logement. Les enquêteurs pensent qu'il s'agissait d'un emploi fictif.

Pour rappel, le Conseil constitutionnel invalide au mois de novembre 2007 l'élection de Philippe Pemezec comme député des Hauts-de-Seine le privant ainsi d'une rémunération de 5 500 euros par mois. Or le poste auquel il est embauché seulement trois mois plus tard par Christine Boutin en tant que "chargé de mission sur l'accession sociale à la propriété" est justement rémunéré 5 500 euros. Pour ce poste, le maire UMP du Plessis-Robinson doit seulement rendre un rapport mensuel que Le Monde qualifie de "pâles plagiats de documents déjà existants".

Le contrat de Philippe Pemezec est rompu une année avant son terme quand le successeur de Christine Boutin au ministère du Logement, Benoist Apparu, entre en fonction en 2009.

Christine Boutin a déjà assuré à la justice que l'embauche de Philippe Pemezec dans son cabinet avait été imposée par l'ancien secrétaire général de l’Élysée Claude Guéant.

Lu sur Le Monde.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !