Claude Guéant : "Je suis un homme honnête et je le prouverai" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Claude Guéant avait été placé en garde à vue la semaine passée
Claude Guéant avait été placé en garde à vue la semaine passée
©Capture

Confidences

Claude Guéant : "Je suis un homme honnête et je le prouverai"

Sur RTL ce lundi matin, l'ancien ministre de l'Intérieur s'est confié pour la première fois après sa garde à vue.

Claude Guéant a voulu s'exprimer sur sa mise en examen pour "faux", "blanchiment de fraude fiscale" et "fraude fiscale" dans l'enquête ouverte sur des soupçons de financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007. Pour cela, l'ancien ministre de l'Intérieur a choisi RTL. Ce lundi, devant Yves Calvi, il a réaffirmé qu'il était un "homme honnête". 

"Rien dans le dossier ne constitue une preuve des infractions qui me sont reprochées. Je suis un homme honnête et je le prouverai. J'ai connaissance du dossier, je vais savoir ce qu'on me reproche. L'acheteur de ces tableaux est connu dans son pays. (...) Il est inexact de dire que les tableaux n'ont pas la valeur de leur vente. Les experts témoignent que ce sont les prix pratiqués" a d'abord expliqué Guéant.

Puis l'ancien ministre a dit que la justice avait été "manipulée". "Je ne fais que constater la proximité cette mise en examen avec les élections départementales. Les éléments de mon dossier ont été rapportés en 2013 pas en 2014. On a attendu un an avant ma mise en exemaen. Pourquoi ?" s'interroge-t-il. "Ma mise en examen a étré connue dans la presse avant mon passage devant le juge. Ma garde à vue a été longue. Pendant 10h, on m'a posé des questions auxquelles j'avais déjà apporté des réponses. Elles étaient dans le dossier. L'intention était que ça dure longtemps" lance-t-il encore.

"Je ne suis pas affaibli. Je suis meurtri. Mais je me battrai pour moi et pour les principes" conclut Claude Guéant. 

Lu sur RTL.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !