Claude Bartolone défend le bilan de François Hollande et critique vivement le FN | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Claude Bartolone défend le bilan de François Hollande et critique vivement le FN
©Reuters

Très direct

Claude Bartolone défend le bilan de François Hollande et critique vivement le FN

Le président de l'Assemblée est revenu ce mercredi matin sur France info sur l'affaire du fichage à Béziers.

L'affaire du fichage à Béziers par Robert Ménard

"C'est infame. Ou il est menteur ou il est plus fascistes qu'on ne le pensait. Il essaie d'installer les compatriotes musulmans dans une stigmatisation. Il attaque au vivre ensemble. Il s'attaque aux valeurs de la République. C'est une attaque aussi à la pauvreté. On attend autre chose d'un maire. Il fait comme si les enfants d'immigrés étaient le seul danger pour la République. Les statistiques éthniques ne servent à rien. Regardez moi, je suis né en Tunisie, dans quoi je rentre ? Quelle statistique ? Je suis élu, ce n'est pas le prénom qu'il faut combattre mais les inégalités dans les départements. (...) C'est aussi aux fonctionnaires de dénoncer ces pratiques qui desservent la démocratie. La France s'est faite dans sa diversité".

La crise au FN

"Madame Le Pen essaie de changer l'enseigne de l'extrême droite mais le rayonnage est le même. Il y a les mêmes idées qu'au temps de son père. Au FN, ils parlent de famille et regardez comment ils se comportent. Ils parlent d'honnêteté et ils ont des comptes en Suisse. C'est l'extrême droite, ils masquent ce qu'elle est. Mais le vrai visage du FN apparaît".

Les 3 ans de François Hollande

Il faut redonner aux électeurs la confiance et leur dire : 'oui on vous a demandé un effort compte tenu de la dette qu'on a trouvé en arrivant aux responsabilités mais maintenant ça va aller grâce à ce qu 'on a mis en place'. Tout ce qu'on a fait jusqu'alors c'était difficile pour la gauche. Le pays bouge, change, on a sauvé l'indépendance de la France puis restructurer l'économie et maintenant on va mettrre en place un projet. (...) Au PS, il y a toujours eu cette habitude ce débat. On va se rassembler sur l'essentiel. Nous n'allons pas rester divisés dans les deux ans qui viennent. On a beaucoup de talent à gauche et c'est une bonne chose. Le président a redressé le pays, c'est normal qu'il soit jugé par la gauche et que les sondages lui soient moins favorables". 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !