Christine Angot évoque son échange houleux avec François Fillon | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Christine Angot évoque son échange houleux avec François Fillon
©Capture d'écran France 2

Point de vue

Christine Angot évoque son échange houleux avec François Fillon

"Moi, agressive ? Ce qui était violent était la situation que je décrivais !", assure la romancière.

À l'occasion d'un entretien au journal Libération, Christine Angot est revenue sur son échange particulièrement mouvement avec François Fillon, sur le plateau de "L'Émission politique" jeudi 23 mars. 

"Dans ce que j’ai dit, je n’ai rien inventé. C’est ce que les gens ressentent, je le sais. Je voulais mettre des mots sur un état d’esprit. En revanche, je n’ai aucun sens de la repartie. Et j’avais face à moi un professionnel du débat. Le débat, c’est une prise de pouvoir, par la rhétorique, de l’un sur l’autre, une partie de tennis où tout ce qui compte, c’est de marquer des points. Quand il a dit 'je constate que vous n’avez pas rendu le bracelet', j’aurais dû répondre 'oui, mais je n’ai pas rendu le service' qu’on attendait de moi en échange", explique-t-elle. 

"Moi, agressive ? Ce qui était violent était la situation que je décrivais ! Pas moi. Allez voir les gens quand ils sont devant leur télé ! Ecoutez-les ! J’ai juste fait en sorte que ce qu’on prend pour du silence ne soit pas du vide. Alors que lui, Fillon, quand il est poussé vers son vide, il ne dit rien, il renverse la situation. Quand il est accusé, il accuse Hollande. Il rend les costumes, et hop c’est effacé. Alors beaucoup de gens ont l’impression d’être pris pour des imbéciles. Marine Le Pen s’appuie sur ce sentiment", poursuit la romancière. 

 

Lu sur Libération

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !