Christian Estrosi : "je savais que Jean-François Copé nous conduirait au désastre, à tout ce qui est sale et moche" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Christian Estrosi a taclé Jean-François Copé
Christian Estrosi a taclé Jean-François Copé
©DR

Attaque en règle

Christian Estrosi : "je savais que Jean-François Copé nous conduirait au désastre, à tout ce qui est sale et moche"

Interrogé sur France 2, ce mardi, le député-maire de Nice a expliqué ce qui l'a poussé à soutenir François Fillon plutôt que Jean-François Copé pour la présidence du parti, en 2012.

Christian Estrosi a effectué une charge contre Jean-François Copé ce mardi matin sur France 2. Alors que le maire de Meaux a démissionné de son poste de président de l'UMP depuis quelques semaines, le député UMP n'a pas hésité à l'attaquer de nouveau. Interrogé sur le fait d'avoir rallié l'équipe de François Fillon en novembre 2012 lors de l'élection du chef du parti, il a répondu sans ambages.

"J'ai soutenu François Fillon pour m'opposer à Jean-François Copé parce que je savais que Jean-François Copé nous conduirait au désastre, à tout ce qui est sale, moche, que nous avons connu à l'UMP" a expliqué Christian Estrosi. Mais il a aussitôt rappelé qu'il ne partageait pas le même projet pour la France que l'ex-Premier ministre. "Puisque je suis candidat aux élections primaires, je ne partage pas le même projet pour le redressement de la France que celui de François Fillon au plan économique, au plan de la fiscalité, au plan de la relance industrielle, au plan de l'autorité de l'Etat" a-t-il affirmé. 

Par ailleurs, Christian Estrosi juge que les règles de l'UMP n'interdisent pas "à un président de l'UMP d'être candidat à la primaire", et que si François Fillon "veut des règles différentes pour Nicolas Sarkozy, il doit quitter ses fonctions" à la tête du parti. La tension est toujours vive au sein du parti.

Lu sur francetvinfo.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !