Chômage : pour Benoît Hamon, l'inversion de la courbe est "acquise" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Benoit Hamon assure que la courbe du chômage s'est inversée
Benoit Hamon assure que la courbe du chômage s'est inversée
©AFP

Certitudes

Chômage : pour Benoît Hamon, l'inversion de la courbe est "acquise"

Mais le ministre délégué à l'Economie sociale et solidaire a précisé ce dimanche que les Français ne le "perçoivent" pas encore.

La hausse du chômage enregistrée en novembre n'a pas altéré les ambitions du gouvernement. En effet, Pôle emploi a indiqué fin décembre qu'il y avait eu une hausse du nombre de chômeurs de 0,5% en novembre avec 17 800 demandeurs supplémentaires. Au total, 3,29 millions de demandeurs d’emploi sans activité (catégorie A) pointaient à Pôle emploi, un chiffre proche du record historique. Ainsi, la promesse d'inversion de la courbe faite un an plus tôt par François Hollande n'a pas été tenue. Un constat que ne partage toutefois pas Benoît Hamon. En effet, ce dimanche, le ministre délégué à l'Economie sociale et solidaire a affirmé dans l'émission Tous politiques (France Inter/France 24/Le Parisien) : "Nous sommes parvenus à inverser la courbe du chômage".

"Sur le terrain, aujourd’hui, l’inversion de la courbe du chômage qu’on constate dans les chiffres, statistiquement, n’est pas forcément perceptible immédiatement par toutes les familles", a-t-il toutefois reconnu. "On a commencé l’inversion de la courbe du chômage pour tout le monde, mais dans la réalité, est-ce que c’est perçu sur le terrain ? Non, tant qu’il demeure plus de trois millions de chômeurs", a poursuivi le ministre.

Selon lui, si les Français ne constatent pas les effets de la politique gouvernementale pour eux-mêmes ou leurs proches, "les choix politiques, les efforts demandés peuvent apparaître inefficaces. C’est ce qui justifie sans doute la période d’impopularité qui nous touche tous".

lu sur le Parisien.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !