Chine : les journalistes des médias d'Etat vont être soumis à un test de fidélité envers le président Xi Jinping | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Chine : les journalistes des médias d'Etat vont être soumis à un test de fidélité envers le président Xi Jinping
©GREG BAKER / POOL / AFP

Idéologie

Chine : les journalistes des médias d'Etat vont être soumis à un test de fidélité envers le président Xi Jinping

A partir du mois d'octobre, près de 10.000 journalistes chinois vont subir un "test pilote". Ils seront soumis à un test de fidélité à la pensée du chef de l'Etat Xi Jinping. Des examens nationaux seront mis en place et les cartes de presse ne seront délivrées qu'en cas de réussite.

Selon des informations du South China Morning Post, des tests de fidélité vont concerner quatorze organes de presse en ligne et près de 10.000 journalistes à Pékin. Les journalistes vont devoir passer un examen au mois d'octobre pour certifier leur loyauté au Parti Communiste et à son leader Xi Jinping. 

Ces tests seront réalisés sur l'application mobile du parti, Xuexi Qiangguo. Les membres du parti devaient télécharger l'application et s'enregistrer en utilisant leur véritable identité lors de son lancement. L'application peut suivre les progrès des utilisateurs et collecte des informations. Les responsables de la propagande peuvent accéder à ces données. 

Des examens seront également mis en place pour l'ensemble de la profession. Deux parties seront consacrées à la pensée politique du chef de l'Etat Xi Jinping et une au marxisme. 

L'examen devrait durer 90 minutes et vise à rappeler aux milliers de journalistes qu'ils sont au service du Parti et de son secrétaire général. Cette pratique ancienne est utilisée à nouveau à travers le prisme des nouvelles technologies et des smartphones. 

La nouveauté de ces tests concerne le lien entre l'obtention de la carte de presse et la réussite de l'examen comme le précise une note publiée par le bureau de contrôle des médias du parti communiste chinois. 

Les personnes qui échoueront pourront néanmoins repasser l'examen. Un minimum de 80 points sur 120 serait nécessaire afin de passer l'épreuve. Ils pourraient perdre leur droit d'exercer en cas d'échec. 

Selon Xi Jinping, les journalistes doivent "adhérer à la direction politique correcte" afin de "guider l'opinion publique". 

South China Morning Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !