Chiffres du chômage : les réactions face à cette nouvelle hausse | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Michel Sapin attaqué après une nouvelle hausse du chômage
Michel Sapin attaqué après une nouvelle hausse du chômage
©Reuters

Qui a dit…

Chiffres du chômage : les réactions face à cette nouvelle hausse

Si le ministre du Travail Michel Sapin parle "d’un effort considérable", le président du groupe UMP à l’Assemblée nationale, Christian Jacob estime que "c’est un constat d’échec".

Les réactions ont fusé après l’annonce de ce nouveau et triste record. Pour rappel, le chômage a augmenté de 0,3%, soit 8 900 demandeurs d’emploi de plus par rapport au mois précédent. 

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault a affirmé qu'il fallait "encore persévérer sans faiblir" avant d'ajouter que "c'est une bataille qui doit continuer à être livrée avec la plus grande détermination. C'est en ce sens que le pacte de responsabilité doit être mis en œuvre le plus rapidement possible."

Le ministre du Travail, Michel Sapin, a tenu à dédramatiser la situation. "Tant que ça ne recule pas, c'est que ça ne va pas. Mais c'est un effort considérable que d'arriver à faire en sorte que de 30.000 chômeurs de plus par mois, on arrive à 8.000 chômeurs de plus par mois", explique-t-il avant d’ajouter que "Toute la politique gouvernementale est axée sur un objectif simple et compréhensible pour tous : à la fin de l'année il faudra qu'il y ait moins de chômeurs", "c'est l'objectif que nous nous sommes fixé".

De même, Annick Lepetit et Thierry Mandon ont écrit un communiqué au nom du groupe PS à l’Assemblée. "Les chiffres du chômage confirment que nous avons atteint la ligne de crête et que nous sommes très proches de passer de la stabilisation à la décrue », affirment-ils avant d’ajouter que « ça ne veut pas dire qu'on s'en satisfait."

Du côté de l’UMP, le président du groupe à l’Assemblée, Christian Jacob estime qu’il s’agit d’un "constat d'échec de la politique qui est menée depuis 20 mois sur la première préoccupation des Français qui est celle du chômage, de l'emploi. On a un vrai problème sur l'apprentissage qui se dégrade. Il faut faire de vraies réformes de fond, remettre en cause le collège unique, développer l'apprentissage à 14 ans, c'est comme cela qu'on renouera avec l'emploi chez les jeunes."

Pour Eric Woerth, "on ne s’en sort pas. Tous les autres pays font mieux aujourd'hui. On voit bien que le pays depuis deux ans n'accompagne pas cette sortie de crise de réformes structurelles." Philippe Vigier, porte-parole de l’UDI, a pointé du doigt "l’échec du pari personnel de François Hollande qui, depuis 21 mois maintenant, a multiplié les tentatives pour faire baisser le chômage de manière artificielle au lieu de lancer la vraie bataille de l'emploi."

Robert Rochefort, pour le Modem, pense lui que "le pacte de responsabilité est probablement utile, mais encore trop abstrait, donc incertain, et ses effets ne seront pas immédiats.

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !