Chérif Delay, ex-enfant violé de l'affaire d'Outreau s'accuse d'un meurtre | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Chérif Delay, ex-enfant violé de l'affaire d'Outreau s'accuse d'un meurtre
©

Révélations

Chérif Delay, ex-enfant violé de l'affaire d'Outreau s'accuse d'un meurtre

Le fils de l'accusatrice mythomane Myriam Badaoui-Delay "est allé déposer à la gendarmerie" au mois de septembre dernier, selon une source proche du dossier.

Outreau est toujours dans les mémoires. L'affaire reste l'une des plus connues. Alors lorsqu'un des protagonistes apparaît dans la colonne "fait-divers", difficile de ne pas s'y intéresser. Ce jeudi, le Parisien révèle une information étonnante. Chérif Delay, ex-enfant violé et fils d'une condamnée, s'est accusé il y a quelques mois devant les gendarmes d'avoir tué à la fin des années 1990 une petite fille sous la menace d'acquittés d'Outreau.

Selon une source proche du dossier, le jeune homme, aujourd'hui âgé de 22 ans, a affirmé aux enquêteurs avoir été "obligé, sous la menace, de tuer la petite fille après qu'elle a été violée", selon cette source, en juillet 1998, "le soir de la victoire de la France en Coupe du Monde", alors qu'il était donc âgé de huit ans. Les faits se seraient déroulés selon Chérif Delay dans l'appartement de ses parents, en présence de son beau-père et de "deux acquittés du procès d'Outreau", ajoute cette source.

Le parquet de Boulogne-sur-mer a bien reçu cette déposition qui est "à l'étude", a indiqué sans plus de précision une source judiciaire, selon laquelle Chérif Delay a déposé dans un département autre que le Pas-de-Calais. Le jeune homme avait été condamné le 8 décembre 2011 à six mois de prison avec sursis pour avoir proféré, via le réseau social Facebook, des menaces de mort à l'encontre de Franck et Sandrine Lavier, acquittés dans l'affaire d'Outreau. Il avait également publié un livre autobiographique dans lequel il réitérait ses premières accusations à l'encontre d'acquittés d'Outreau, dont la crédibilité est contestée par leurs avocats.

Cette dernière déposition de Chérif Delay rappelle un volet de l'affaire d'Outreau : alors qu'il était incarcéré, Daniel Legrand fils, l'un des treize acquittés d'Outreau, avait affirmé dans une lettre qu'une fillette avait été violée, battue à mort puis enterrée fin 1999 à Outreau, avant de revenir sur ses dires. Selon la source proche du dossier, la fillette évoquée en septembre par Chérif Delay est "une autre petite fille" que celle évoquée par Daniel Legrand.

"Ca ne me surprend qu'à peine, c'est un jeune homme qui a été globalement traumatisé par cette affaire", a réagi Me Julien Delarue, avocat en appel des Legrand père et fils, qui a appelé à "rester très prudent".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !