Le chef militaire de l'ETA arrêté en France | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Le chef militaire de l'ETA arrêté en France
©

Coup de filet

Le chef militaire de l'ETA arrêté en France

L'homme a été arrêté en compagnie de "son adjoint", alors qu'il circulait dans une voiture volée avec une fausse immatriculation.

L'un des deux membres présumés de l'ETA arrêtés dimanche 27 mai à Cauna, dans le sud-ouest de la France, Oroitz Gurruchaga Gogorza, est "le responsable suprême de l'appareil militaire et de recrutement du groupe", a annoncé le ministère espagnol de l'Intérieur. Il a été arrêté en compagnie de son "son adjoint" Xabier Aramburu, alors qu'ils circulaient dans Cauna dans une voiture volée avec une fausse immatriculation, selon le ministère.

Gurruchaga, âgé de 30 ans, a rejoint l'ETA en 2008, et a grimpé les échelons au sein de l'organisation pour devenir "le responsable de l'appareil militaire et du recrutement" au sein de l'organisation armée. "Il était chargé de recruter de nouveaux membres pour renforcer les rangs du groupe terroriste", selon le ministère.

Son compagnon, âgé de 32 ans, avait fui la France en 2010 après le démantèlement en Espagne du commando "Tontor". La police espagnole considère Xabier Aramburu comme le responsable de "diverss attentats commis à l'aide d'engins explosifs" au Pays Basque en 2008, notamment une attaque à la voiture piégée contre un commissariat de police basque à Ondarroa qui avait fait plusieurs blessés.

Les arrestations des deux responsables interviennent un an après celle réalisée en mars 2011 de celui qui était considéré jusqu'alors comme le chef militaire de l'ETA, Alejandro Zorbarán Arriola, alias "Xarla", avec trois autres militants dans le village de Willencourt, dans le nord de la France. L'organisation séparatiste basque a annoncé le 20 octobre 2011 la fin définitive des violences mais n'a pas déposé les armes et ne s'est pas dissoute.

Lu sur l'AFP

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !