Catalogne : les indépendantistes restent majoritaires | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Catalogne : les indépendantistes restent majoritaires
©PIERRE-PHILIPPE MARCOU / AFP

Elections

Catalogne : les indépendantistes restent majoritaires

Les trois formations indépendantistes disposent, avec 70 sièges sur 135, de la majorité absolue, selon des résultats quasi définitifs. "Nous avons gagné cette nuit le droit d'être écoutés !", a réagi Carles Puigdemont.

Jeudi 21 décembre, le dirigeant séparatiste catalan en exil, Carles Puigdemont, a salué depuis Bruxelles la victoire du camp indépendantiste lors des élections régionales en Catalogne, soulignant que c'est "un résultat que personne ne peut discuter". En effet, après dépouillement de près de 99% des bulletins, les trois formations indépendantistes disposaient, avec 70 sièges sur 135 au parlement régional, de la majorité absolue comme avant le référendum d'indépendance interdit du 1er octobre.

"Nous avons gagné cette nuit le droit d'être écoutés !"

Le Premier ministre espagnol Mariano "Rajoy a perdu le plébiscite qu'il cherchait" et le fait que le camp indépendantiste reste majoritaire est "une claque", a affirmé Puigdemont. "Je veux féliciter le peuple catalan parce qu'il a donné une leçon au monde", "une leçon de civisme et de démocratie !", a-t-il lancé.

>>> À lire aussi : Elections en Catalogne, retour à la case départ… et humiliation pour Mariano Rajoy face aux séparatistes qui ont gagné la bataille de la légitimité

"Nous avons gagné cette nuit le droit d'être écoutés !", ajoutant que la dureté de la campagne électorale et le risque que le bras de fer entre indépendantistes et gouvernement espagnol perdure, ne les "empêchent de sabrer le 'cava'".

L'UE "ne changera pas" de position sur la crise catalane après le vote

"L'Europe doit en prendre bonne note, la recette de Rajoy ne fonctionne pas" en Catalogne, a-t-il jugé, en vilipendant la procédure utilisée par Madrid pour destituer l'exécutif régional et prendre le contrôle des institutions après que la région eut déclaré son indépendance. En effet, depuis le début de la crise, l'UE n’a pas voulu reconnaître l'indépendance unilatéralement proclamée par le Parlement de Catalogne car, selon elle, il s'agit d'une "affaire intérieure" espagnole. L’UE a également appelé au "respect de la Constitution espagnole" que Madrid affirme défendre.

Interrogé par l'AFP jeudi soir, un porte-parole de la Commission européenne a prévenu que l'UE "ne changera pas" de position sur la crise catalane après le vote de jeudi. "Notre position sur la question de la Catalogne est bien connue et a été réitérée régulièrement, et à tous les niveaux. Elle ne changera pas. S'agissant d'une élection régionale, nous n'avons pas de commentaire à faire", a précisé Alexandre Winterstein.

 

Lu sur franceinfo

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !