Bruxelles : les "Kamikaze Riders" dans le viseur de la justice | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Bruxelles : les "Kamikaze Riders" dans le viseur de la justice
©Reuters

Suite

Bruxelles : les "Kamikaze Riders" dans le viseur de la justice

Les enquêteurs belges s'intéressent de près à un groupe de motards dans le dossier sur les menaces "sérieuses" d'attentats en Belgique qui ont mené à deux arrestations dimanche.

Ceux que la justice belge appellent les "Kamikaze Riders" sont dans le viseur de la justice. En effet, les enquêteurs belges s'intéressent de près à un groupe de motards dans le dossier sur les menaces "sérieuses" d'attentats en Belgique qui ont mené à deux arrestations dimanche. Les deux hommes arrêtés sont soupçonnés d'avoir préparé des attentats à Bruxelles pendant les fêtes de fin d'année.

Selon plusieurs médias belges, l'un d'entre eux, inculpé de "menaces d'attentats, participation aux activités d'un groupe terroriste en qualité de dirigeant et recrutement en vue de commettre des infractions terroristes", est âgé de 30 ans et était le chef de ce groupe de motards originaire d'Anderlecht. "Son nom avait été cité dans le dossier du groupuscule islamiste Sharia4Belgium" a affirmé le quotidien La Dernière Heure. L'autre, âgé de 27 ans était membre du groupe. Tous deux doivent comparaître jeudi matin.

Les arrestations avaient fait suite à des perquisitions dans la région de Bruxelles et la région de Liège. "Ni armes ni explosifs n'avaient été découverts lors des perquisitions" ont précisé les enquêteurs qui ont en revanche trouvé "du matériel informatique, des tenues d'entraînement de type militaire et du matériel de propagande de l'Etat islamique". L'enquête devra déterminer s'il y a eu un lien direct avec le groupe EI.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !