Brexit, Notre-Dame-des-Landes… : les réactions politiques de la matinée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Brexit, Notre-Dame-des-Landes… : les réactions politiques de la matinée
©Reuters

Au choix

Brexit, Notre-Dame-des-Landes… : les réactions politiques de la matinée

Deux référendums étaient dans toutes la tête. Celui au Royaume-Uni et celui sur le projet d'aéroport contesté.

Michel Sapin (France 2)

Interrogé sur la complémentarité entre Paris et Berlin, Michel Sapin a tenu à rassurer. "Il peut y avoir des tempéraments différemment (...) mais il n'y a aucune différence entre la France et l'Allemagne" a-t-il martelé. "La France comme l'Allemagne disent 'la Grande-Bretagne a voté, elle a voté pour le Brexit, le Brexit doit se mettre en œuvre dès maintenant' (…) on ne peut pas attendre, on agit, et c'est ce à quoi travaillent aujourd'hui le président de la République, la chancelière, beaucoup d'autres, parce qu'ils savent que l'Europe ne peut pas attendre."

Daniel Cohn-Bendit (Europe 1)

L'ancien leader d'Europe Écologie – Les Verts s'imagine désormais en président de la Commission européenne. "Nous avons des élections [en 2019, ndlr], et bien innovons d’une manière très intéressante !" affirme-t-il. "Je propose, aux élections européennes, qu'on rajoute une quarantaine de députés qui seraient sur des listes trans-européennes. Vous auriez les socialistes européens, les verts européens, les fascistes européens, les je-ne-sais-quoi européens... et les têtes de ces listes trans-européennes seraient des candidats à la présidence de la Commission." Une façon de redonner le pouvoir aux peuples européens selon Daniel Cohn-Bendit, qui serait lui-même candidat à la présidence, si un tel système est mis en place.

Ségolène Royal (RTL)

La ministre de l'Économie a bien évidemment été interrogée sur le projet de Notre-Dame-des-Landes, approuvé ce dimanche par un référendum local. Selon elle, la situation "a duré beaucoup trop longtemps" et provoqué "trop de tension, violence et d'obstination de part et d'autre." Désormais, elle se réjouit du vote populaire et souligne la reprise rapide des travaux et l'expulsion des zadistes. "Les choses doivent être faites avec beaucoup de maîtrise", prévient-elle.

Elle est aussi revenue sur le Brexit et sur l'idée d'un référendum en France sur la même question. Rejet immédiat de la ministre. "La construction européenne était inimaginable, un vote sur l'Europe ne doit jamais être instrumentalisé."

Cécile Duflot (France Inter)

"C'est une bataille perdue pour l'écologie" a expliqué Cécile Duflot, députée EELV, sur l'antenne de France Inter, après la victoire du oui au référendum sur le projet de Notre-Dame-des-Landes. "Est-ce que c'est un projet bon pour l'écologie et l'économie locale ? Je pense que non" affirme-t-elle, critiquant "le périmètre choisi pour ce vote (…) Je continuerai de soutenir les opposants à l'aéroport."

Marion Maréchal – Le Pen (RMC/BFMTV)

"Je souhaite la fin de l'Union européenne pour la construction d'une Europe de la souveraineté" explique la députée du Front national, comparant l'UE à "un monstre froid" et à "l'URSS (…) "Ce qui me fait peur quand j'entends François Hollande, alors même qu'on a ce vote historique qui critique précisément le fonctionnement de l'UE, la réponse du président est de dire qu'il, il faut plus d'Union européenne, c'est exactement comme avec l'URSS et le communisme."

Jean-François Copé (France Inter)

L'ancien patron de l'UMP est revenu sur la proposition de référendum en France pour une sortie de l'Union européenne. "Les électeurs, bien souvent, ne répondent pas à la question posée" juge-t-il. "Pour moi le vote d’une grande démocratie, c’est le vote de ses dirigeants."

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !