Brexit : même hors de l'UE, le Royaume-Uni ne contrôlera pas sa politique d'immigration, prévient Cameron | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Brexit : même hors de l'UE, le Royaume-Uni ne contrôlera pas sa politique d'immigration, prévient Cameron
©Reuters

Enchaîné

Brexit : même hors de l'UE, le Royaume-Uni ne contrôlera pas sa politique d'immigration, prévient Cameron

Pour continuer d'accéder au marché commun, le Royaume-Uni devra accepter le principe de libre circulation en Europe.

 A l'issue du sommet organisé à Bruxelles sur les relations entre le Royaume-Uni et l'Union européenne, David Cameron a annoncé que le referendum sur un maintien ou non du pays dans l'UE se tiendra le 23 juin. Lui-même a l'intention de faire campagne pour le maintien de son pays au sein de l'Union, a-t-il annoncé.

Un premier sondage effectué depuis l'accord obtenu à Bruxelles par David Cameron pour réformer certains points de fonctionnement de l'UE montre que les partisans du maintien sont pour l'instant majoritaires. Les sondés favorables au maintien sont 48% et ceux voulant la sortie du Royaume-Uni sont 33%. Les autres, qui représentent 19% des personnes interrogées, sont toujours indécis.

Trente-cinq pour cent des sondés estiment que le premier ministre britannique a été bon lors du Conseil européen, 30% pensent le contraire.

Mais la campagne ne fait que commencer, et devrait être agitée. Sous la pression des eurosceptiques, David Cameron a été contraint d’accepter de lever le principe de solidarité gouvernementale pendant la campagne du référendum. Le ministre de la justice, Michael Gove, a ainsi annoncé vendredi qu'il ferait campagne pour la sortie. Cinq autre membres du gouvernement l'ont suivi.

Ce dimanche, David Cameron a accusé les partisans de la sortie de mentir aux électeurs lorsqu'ils expliquent que la sortie de l'UE permettrait au Royaume-Uni de retrouver sa souveraineté sur les questions d'immigration. Il a expliqué que même en cas de sortie de l'Union, le pays devra continuer à accepter le principe de libre circulation en Europe s'il souhaite pouvoir continuer à accéder au marché commun, comme le fait la Norvège par exemple.

"Si nous restons dans une UE reformée, nous savons ce à quoi nous aurons affaire, nous saurons commun travailler, comment créer du travail, comment continuer de redresser notre économie", a déclaré le Premier ministre. "Si on sort, on se retrouvera face à sept années d'incertitudes et à la fin du processus, nous ne pourrons pas être certains que nos entreprises auront un accès complet au marché".

Lu dans le Mail on Sunday

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !