Brexit : les Anglais ont mis les voiles vers la Nouvelle-Zélande | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Les services d'immigration de la Nouvelle-Zélande ont enregistré 998 demandes de visa dès le lendemain du Brexit.
Les services d'immigration de la Nouvelle-Zélande ont enregistré 998 demandes de visa dès le lendemain du Brexit.
©RAJESH KUMAR SINGH

À l'abordage !

Brexit : les Anglais ont mis les voiles vers la Nouvelle-Zélande

Le pays a enregistré des chiffres d'arrivées deux fois plus élevés que d'ordinaire depuis la sortie de l'UE du Royaume-Uni en juin.

Les services d'immigration de la Nouvelle-Zélande ont enregistré 998 demandes de visa dès le lendemain du Brexit et 10 647 les deux mois qui ont suivi.  À l'époque, à la même période, ils n'étaient que 4 599. Lundi, les services d'immigration de ce pays ont confirmé au New Zealand Herald Business qu'il ne s'agit pas de visas étudiants mais d'emménagements. Si bien que le journal a illustré son article par une image drôle indiquant "British Invasion !" sur fond d'Union Jack.

La cause de cette invasion reste notamment le régime fiscal néo-zélandais. Absence de taxation sur les plus-values immobilières, sur certains services financiers et d'assurances ou encore sur la succession, pas de double imposition internationale, taux zéro à l'exportation, chômage à 5,8 %..., les conditions sont favorables pour tous les candidats à l'immigration. 

Accords économiques de libre-échange maintenus

Le 22 août, Boris Johnson a reçu son homologue des Affaires étrangères néo-zélandais Murray McCully. Ensemble, ils ont convenu de maintenir leurs accords économiques de libre-échange et de développer leur "coopération économique" dans tous les domaines. Le chantre du Brexit s'est réjoui de "l'enthousiasme" de son ami du Commonwealth. Un soutien qui était à prévoir. Le lien est évidemment très fort entre les deux États, ne serait-ce que par leur histoire coloniale. Pour preuve, en mars dernier, les Néo-Zélandais ont massivement refusé, par référendum, de remplacer leur drapeau orné de l'Union Jack britannique par une nouvelle bannière arborant la fougère des All Blacks.

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !