Brétigny : ouverture d'une information judiciaire | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Le déraillement du train a causé la mort de six personnes.
Le déraillement du train a causé la mort de six personnes.
©Reuters

Justice

Brétigny : ouverture d'une information judiciaire

Selon le procureur de la République d'Evry, "le basculement de l'éclisse semble être à l'origine de la catastrophe".

Le procureur de la République d'Evry, Eric Lallement, a confirmé ce mercredi l'ouverture d'une information judiciaire pour homicides et blessures involontaires après le déraillement d'un train à Brétigny-sur-Orge (Essonne), le 12 juillet dernier. Selon lui, le basculement de l'éclisse, une pièce d'acier qui unit et maintient ensemble les deux rails de chemin de fer, "semble être à l'origine de la catastrophe (...) Les recherches vont se concentrer sur les causes de l'absence, de la rupture et/ou du desserrage des écrous de cette éclisse".

Trois enquêtes ont été lancées pour déterminer l'origine de cet accident. La première, judiciaire, se déroule sous l'autorité du parquet d'Evry tandis que les deux autres, techniques, sont menées par la SNCF et le Bureau d'enquête sur les accidents de transport terrestre (BEA-TT). Le déraillement du train de Brétigny a causé la mort de six personnes. Sept victimes de l'accident sont toujours hospitalisées.

Eric Lallement, a par ailleurs indiqué avoir "la certitude" qu'au moins "deux vols ont été commis au préjudice de deux passagers", en marge de l'accident, des objets appartenant à ces passagers ayant été retrouvés à Châtelet. Des images de vidéosurveillance où l'on peut voir des individus quitter la gare avec des valises qu'ils n'avaient pas en entrant dans le bâtiment sont venues confirmer cette thèse.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !