Bretagne : les Bonnets rouges ont relancé leur mobilisation | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Bretagne : les Bonnets rouges ont relancé leur mobilisation
©

Pas contents!

Bretagne : les Bonnets rouges ont relancé leur mobilisation

Depuis ce matin ils ont investi de façon pacifique des ponts de leurs départements et menacent d'un "printemps breton".

Les Bonnets rouges à nouveau vent debout. Mobilisés contre l’écotaxe et les routes payantes, ils ont relancé leur action ce samedi lors d’une "journée des ponts". Depuis ce matin ils ont investi de façon pacifique les ponts des départements bretons et menacent d’un "printemps breton". "Le mouvement est loin de s'essouffler", a déclaré Thierry Merret, un de ses porte-parole en lutte contre "l'administration “énarchiste” du gouvernement de Jean-Marc Ayrault, qui empêche la création d'emplois dans la région et asphyxie tout un pan de notre économie par la multiplication des normes, des contrôles et des taxes".

Soucieux de "redonner de l'oxygène et libérer les énergies", les Bonnets rouges exigent plus que jamais la "gratuité de routes en Bretagne" et la "suppression de l'écotaxe", impôt très contesté sur le fret routier empruntant le réseau secondaire. "Jean-Marc Ayrault et son ministre en charge des Transports, Frédéric Cuvillier, ont laissé entendre il y a dix jours que l'écotaxe serait souhaitable avant la fin 2014, alors qu'ils avaient promis de ne pas y toucher d'ici à 2015. Une fois encore, ils se dédisent", se sont désespéré les Bonnets rouges. Le "pacte d'avenir" de 2 milliards d'euros signé par Matignon en décembre est aussi un sujet de discorde. "C'est de la poudre aux yeux, où se mêlent de l'enfumage, des coquilles vides et une grande escroquerie intellectuelle. Il n'y a depuis lors aucune concrétisation", se sont indignés les insurgés.

Ce samedi à la mi-journée, une douzaine de ponts étaient occupés par de petits groupes de manifestants dans le Finistère, et un nombre non précisé dans les Côtes d'Armor, l'Ille-et-Vilaine et le Morbihan, selon la gendarmerie. Cette action, pacifique, n'engendrait pas de perturbation du trafic. Selon Le Figaro, une cinquantaine de comités locaux, réunissant chacun entre quarante et soixante militants, devraient rédiger un cahier de doléance en dix points, dont le détail sera révélé le 8 mars prochain à l'occasion d'états généraux. 

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !