Bretagne : l'état de catastrophe naturelle va être établi | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Bretagne : l'état de catastrophe naturelle va être établi
©

Caprices de la météo

Bretagne : l'état de catastrophe naturelle va être établi

Victime des intempéries, la région est toujours en vigilance orange.

Najat Vallaud-Belkacem a annoncé vendredi que l'état de catastrophe naturelle serait "établi" après les inondations subies ces derniers jours par la Bretagne "dès que les conditions seront réunies". La porte-parole du gouvernement n'a toutefois pas précisé quelles seraient les zones concernées par cette mesure.

Plusieurs communes ont actuellement les pieds dans l'eau, après les fortes pluies et la montée des eaux qu'elles ont provoquées. A Quimperlé (Finistère), la Laïta (confluence de l'Isole et de l'Ellé) a atteint 4,70 mètres, jeudi. Selon Vigicrues, "les prévisions de niveau sur la Laïta à Quimperlé pour la marée haute de ce vendredi soir sont de 3,75 m plus ou moins 15 cm. Ceci conduit à passer la Laïta en vigilance orange". Quimperlé est la principale ville touchée par les crues, une cinquantaine de commerces et habitations étant encore inondés.

"Nous espérons que l'arrêté de catastrophe naturelle sera pris le plus rapidement possible", déclare Alain Kerhervé, adjoint au maire de Quimperlé cité par Le Figaro. A l'heure actuelle, les trois départements bretons (Finistère, Morbihan, Ille-et-Vilaine) se trouvent en vigilance orange. "De nouvelles perturbations pluvieuses sont attendues pour ce week-end sur la Bretagne et une attention particulière doit être maintenue sur le bassin de la Laïta, ainsi que sur les autres rivières de la région placées en vigilance orange", explique Vigicrues.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !