Bobigny : un suspect libéré pour manque d'encre dans un fax, Taubira ordonne une enquête | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Bobigny : un suspect libéré pour manque d'encre dans un fax, Taubira ordonne une enquête
©

Tollé

Bobigny : un suspect libéré pour manque d'encre dans un fax, Taubira ordonne une enquête

L'individu était suspecté d’avoir battu à mort, avec d’autres, un disc-jockey amateur le soir de la Saint-Sylvestre. Il a été relâché ce jeudi.

C'est un couac administratif digne des plus grands gags de l'histoire. Le principal suspect dans le meurtre d'un disc-jockey battu à mort en 2011 en Seine-Saint-Denis a été libéré mercredi à cause... d'un manque d'encre dans un télécopieur du tribunal de Bobigny. En clair, l'individu a été relâché de la maison d'arrêt de Villepinte car le parquet de Bobigny n'avait plus d'encre dans son fax et le papier n'est jamais parvenu à la chambre d'instruction. Une erreur administrative qui engendre la polémique ce vendredi, obligeant Christiane Taubira à réagir. 

En déplacement à Bordeaux, la ministre de la Justice a annoncé qu'elle donnerait son feu vert à une enquête sur cette affaire. Elle a aussi estimé qu'on ne peut "pas consentir à des risques de cette nature". "Il faut que nous arrivions à comprendre ce dysfonctionnement, les conséquences sont lourdes", a poursuivi Christiane Taubira, précisant que ce fax était manifestement en panne depuis plusieurs semaines. Elle a indiqué que le premier président de la Cour d'appel de Paris avait souhaité une inspection et qu'elle donnerait son accord. A priori ce type d'incident n'est pas isolé, les policiers dénonçant la multiplication des tâches administratives.

Pour rappel, la nuit de la Saint-Sylvestre 2011, un DJ amateur avait été frappé à mort par une dizaine de personnes pour avoir refusé l'entrée d'une soirée qu'il organisait au Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis). Considéré comme le principal suspect, un homme avait été interpellé peu de temps après les faits et écroué. Il a donc été libéré suite à cette erreur administrative.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !