Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Birmanie : plus de 500 civils ont été tués depuis le coup d'État
©STR / AFP

Inquiétude de la communauté internationale

Birmanie : plus de 500 civils ont été tués depuis le coup d'Etat

Plus de 500 civils, dont de nombreux étudiants et des adolescents, ont été tués par les forces de sécurité depuis le coup d'Etat militaire du 1er février en Birmanie, selon des données dévoilées par une ONG.

Selon l'Association d'assistance aux prisonniers politiques (AAPP), une ONG birmane, le bilan de la répression menée par l'armée depuis le coup d'Etat du 1er février est désormais de 510 morts et de plusieurs centaines de personnes arrêtées et portées disparues. Le coup d’Etat a mis fin au gouvernement civil d'Aung San Suu Kyi.

« Nous avons confirmé 510 décès », selon les précisions de l'ONG qui indique le bilan « est probablement beaucoup plus élevé » alors que des centaines de personnes, arrêtées ces deux derniers mois, sont toujours portées disparues.

Environ 3.000 personnes ont fui les violences pour tenter de se réfugier en Thaïlande, selon des organisations locales.

Les manifestants se tournent vers de nouvelles tactiques de résistance. Des appels à « une grève des ordures » ont été lancés ce mardi pour que les habitants jettent leurs déchets dans les rues et bloquent les carrefours routiers.

Face au bain de sang, plusieurs factions rebelles ont menacé, ce mardi, de prendre les armes contre la junte.

Depuis l'indépendance de la Birmanie en 1948, une multitude de groupes ethniques est en conflit avec le gouvernement central pour obtenir plus d'autonomie et l'accès aux nombreuses richesses naturelles du pays.

A lire aussi : Aung San Suu Kyi : une icône brisée

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !