Bernard Cazeneuve : "la France a plus que jamais besoin d’une relation apaisée avec les musulmans" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Bernard Cazeneuve : "la France a plus que jamais besoin d’une relation apaisée avec les musulmans"
©Capture FranceTV pluzz

Ministre des Cultes

Bernard Cazeneuve : "la France a plus que jamais besoin d’une relation apaisée avec les musulmans"

Dans un entretien dominical avec le journal La Croix, Bernard Cazeneuve a détaillé son plan pour redynamiser les relations entre l'Islam et la France.

Alors que la polémique sur le burkini continue d'attiser les tensions, et ce même au sein du gouvernement de Manuel Valls, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a voulu expliquer son plan d'action pour apaiser les tensions. Dans les colonnes de La Croix, il est revenu sur les objectifs du gouvernement en matière d'Islam, projet qu'il menera en tant que ministre des Cultes.

Sur la question du burkini, Bernard Cazeneuve a choisi de soutenir son Premier ministre : "le gouvernement, comme l’a dit le premier ministre, refuse de légiférer sur ce sujet car une loi serait inconstitutionnelle, inefficace, et de nature à susciter des antagonismes et d’irréparables tensions", rappelant toute fois qu'il était essentiel que les musulmans continuent "à s’engager avec nous pour l’égalité hommes-femmes, l’intangibilité des principes républicains, la tolérance qui fait le vivre-ensemble".

Bernard Cazeneuve a aussi appelé au calme : "La France a plus que jamais besoin d’une relation apaisée avec les musulmans", et détaillé son plan d'action pour lutter contre le "salafisme".Il en a aussi profité pour tirer à boulets rouges sur l'opposition, critiquant les "emportements dictés par les surenchères liées aux primaires, qui portent en elles la division des Français en les dressant les uns contre les autres".

Enfin, il a détaillé un peu plus ce que serait la Fondation pour l'Islam de France, qu'il veut "pont entre la République et les musulmans de France", justifiant ainsi la nomination polémique de Jean-Pierre Chevènement, "un grand républicain". Le ministre a aussi rappelé que la Fondation n'était pas un organisme finançant le culte (et donc les mosquées et la formation des imams), consistait plutôt à soutenir "des projets, dans les domaines de l’éducation, de la culture, de l’engagement des jeunes, elle pourra prendre en charge la formation profane des imams, le développement de la recherche en islamologie". Le but étant aussi d'essayer de "mettre fin progressivement au système des imams 'détachés' par des pays étrangers".

Lu sur France TV Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !