Benoît Hamon qualifie Macron de "libéral-autoritaire" et dénonce une "hyper-centralisation" des pouvoirs | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Benoît Hamon qualifie Macron de "libéral-autoritaire" et dénonce une "hyper-centralisation" des pouvoirs
©

Au vitriol

Benoît Hamon qualifie Macron de "libéral-autoritaire" et dénonce une "hyper-centralisation" des pouvoirs

"Ce que beaucoup à gauche redoutaient dans Valls, incarnait agressivement cette synthèse, ils vont l’avoir avec un Macron souriant" a-t-il estimé dans Libération.

Les premières semaines au pouvoir du président Macron ne réjouissent pas Benoit Hamon. Dans un entretien à Libération, l’ancien candidat socialiste à la présidentielle a fustigé la méthode "libérale-autoritaire" du locataire de l’Elysée. "Je me rappelle de ces enquêtes d’opinion dans lesquelles une majorité de Français disaient avant la présidentielle que la France a besoin d’une figure autoritaire à l’Elysée. Macron s’inscrit dans ce contexte".

Avant de dégainer : "Ce qui se met en place, c'est un pouvoir autoritaire, hypercentralisé et concentré dans les mains d'un homme et de quelques-uns de ses obligés, où les intérêts des oligarques sont au premier plan. Tout cela témoigne d'une conception rétrécie de la République et débouchera sur une démocratie appauvrie."

Pour l’ancien ministre de l’Education, les débuts de Macron sont empreints de "méthode et habileté. Mais il n’en reste pas moins un libéral-autoritaire". Hamon, qui doit lancer ce samedi 1er juillet à Paris un nouveau mouvement politique, en profite pour renvoyer dos à dos le chef de l’Etat et un ancien Premier ministre. "Ce que beaucoup à gauche redoutaient dans Valls, incarnait agressivement cette synthèse, ils vont l’avoir avec un Macron souriant".

Lu sur Libération

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !