Benoît Hamon : après Arnaud Montebourg, il critique lui aussi la politique économique du gouvernement | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Le ministre de l'Education nationale Benoît Hamon sort de sa réserve.
Le ministre de l'Education nationale Benoît Hamon sort de sa réserve.
©Reuters

Voix discordantes

Benoît Hamon : après Arnaud Montebourg, il critique lui aussi la politique économique du gouvernement

"Arnaud et moi ne sommes pas loin des frondeurs", a confié le ministre de l'Education au Parisien.

Samedi, dans un entretien accordé au Monde, Arnaud Montebourg a plaidé pour un changement de cap économique du gouvernement. Ce dimanche, c'est au tour de Benoît Hamon de faire entendre ses critiques contre les choix budgétaires de l'exécutif.

"La relance de la demande est la condition de la réussite de la politique de l'offre qui a été faite depuis deux ans. On ne peut rien vendre aux Français s'ils n'ont pas des revenus suffisants", explique le ministre de l'Education dans les colonnes du Parisien

>>>> A lire sur le même sujet : 
Quand Arnaud Montebourg faisait plus d'efforts que le reste du gouvernement pour comprendre la réalité de la situation économique

Et de confier au quotidien : "Arnaud et moi ne sommes pas loin des frondeurs". "Notre volonté est d'être au service d'un rassemblement de la gauche et de peser au sein même du gouvernement", ajoute Benoît Hamon.

Egalement dans le viseur du ministre, le risque de déflation et la politique allemande. La chancelière Angela Merkel "ne peut plus être celle qui donne le la de l'orientation européenne. L'Allemagne sert ses intérêts personnels, pas ceux de l'Europe".

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !