Ben Laden protégé par les services secrets pakistanais ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Ben Laden protégé 
par les services secrets pakistanais ?
©

Secret

Ben Laden protégé par les services secrets pakistanais ?

Ben Laden vivait dans une zone contrôlée près d'une académie militaire.

Concernant Ben Laden, des spécialistes du renseignement estiment qu'il ne pouvait pas vivre dans une grande maison située dans une zone sensible, située à proximité d'une académie militaire sans que sa présence soit connue et tolérée par des membres de l'Inter-Services Intelligence, ISI pakistanais.

La complicité pakistanaise est évoquée dans un enquête signée de trois journalistes, à la Une de l'édition américaine (ci-dessus datée du jeudi 5 mai) du Wall Street Journal, le quotidien qui possède par ailleurs, une édition européenne et une édition asiatique.

 "Il ne fait aucun doute qu'il était protégé par certains membres de l'ISI" déclare un haut responsable européen du renseignement militaire, parlant de membres actifs et à la retraite, militaires et agents des services secrets pakistanais, dans le Wall Street Journal. Mais aucune preuve n'a pu être apportée pour l'instant.

Cela n'a pas empêché l'envoyé spécial américain Marc Grossman de rencontrer le patron de l'ISI, le général Ahmed Shuja Pasha pour lui dire que les élus américains du Congrès étaient mécontents de l'attitude du Pakistan, que leur patience était à bout, signalait le New York Times. Ceci alors qu'ils ont voté 10 milliards de dollars d'aide en dix ans pour soutenir l'effort de l'armée pakistanaise face au terrorisme.

Ancien patron de la CIA, nouveau secrétaire d'état à la Défense, Leon Panetta n'a pas rassuré les élus du Congrès, lui non plus. Il leur a dit que les services pakistanais étaient soit incompétents, soit complices. Ceci au moment où le Département d'Etat demande 3 milliards de plus pour le Pakistan en 2012, tandis que le Pentagone veut 2,3 milliard de dollars juste pour l'assistance aux services de renseignement pakistanais remarque CNN.

Depuis 2003, les services pakistanais considéraient déja la ville d'Abbottabad, aux portes de laquelle on a retrouvé Ben Laden, comme une zone d'accueil pour des leaders d'Al Qaïda depuis 2003. Un représentant de Ben Laden a acheté, en 2005, le terrain sur lequel la propriété a été construite. C'est via cet homme, que les Américains ont trouvé Ben Laden, six ans plus tard.

L'étude du contenu des ordinateurs et des supports de stockage amovibles récupérés par le commando américain permettront peut-être d'en savoir plus sur l'éventuelle collaboration pakistanaise avec Ben Laden. Si c'est le cas, il faudrait aussi en connaître les motivations.  Peut-être la volonté d'éviter des actions terrroristes contre les élites pakistanaises.

Quoiqu'il en soit, la tension entre la CIA et l'ISI n'a cessé d'augmenter, surtout depuis qu'un agent américain a tué deux Pakistanais au début de l'année. Un ancien des services pakistanais estime que si l'ISI protégeait la résidence de Ben laden, elle serait intervenue dès le début de l'attaque américaine.

Le Wall Street conclut en soulignant au passage, une contradiction entre les versions américaines et pakistanaises : les Américains ont parlé de trois hommes tués et une femme, les Pakistanais de quatre hommes. De plus un officiel pakistanais dit qu'une fille de Ben Laden âgée de 12 ans parle de deux personnes emmenées par les Américains, qui n'ont évoqué qu'un seul enlèvement, celui du corps de Ben Laden.

Lu dans le Wall Street Journal

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !