Bank of America va payer une amende de 16 à 17 milliards de dollars, un record | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Bank of America va payer une amende de 16 à 17 milliards de dollars, un record
©

Jolie somme

Bank of America va payer une amende de 16 à 17 milliards de dollars, un record

La banque doit s'acquitter de cette somme pour un litige remontant à la crise financière.

Même six ans plus tard, il faut toujours régler la note. Bank of America l'apprend à ses dépens. En effet, la banque va devoir payer une amende record de 16 à 17 milliards de dollars pour régler un litige remontant à la crise financière. BofA a trouvé un accord avec les autorités américaines et l'annonce de ce paiement devrait avoir lieu officiellement la semaine prochaine. 

Bank of America va donc dépasser le triste record de JPMorgan Chase, qui avait accepté de payer 13 milliards de dollars en novembre dernier pour éviter des poursuites pénales dans un dossier lié également aux crédits immobiliers à risque "subprime", à l’origine de la crise de 2008. Concernant cette amende, 9 milliards de dollars en liquide serait versés au département de la Justice (DoJ), à des Etats et à des agences gouvernementales, selon une source contactée par l'AFP. "Le reste se fera sous la forme de mesures visant à dédommager des propriétaires lésés par les pratiques de la banque dans l’immobilier et ses clients en difficulté" rapporte l'agence. 

La banque a négocié durant de longs mois pour que la somme soit la plus réduite possible mais les autorités américaines n'ont pas voulu céder. Il est reprocher à BofA d’avoir commercialisé avant la crise des placements adossés à des crédits immobiliers fragiles qui ont généré des milliards de pertes pour les investisseurs qui les ont achetés. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !