Avec la démission de Pierre Moscovici, la gauche pourrait perdre la majorité absolue à l'Assemblée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Pierre Moscovici a démissionné de son poste de député
Pierre Moscovici a démissionné de son poste de député
©Reuters

Suspense

Avec la démission de Pierre Moscovici, la gauche pourrait perdre la majorité absolue à l'Assemblée

L'ancien ministre de l'Economie a démissionné de son poste de député. Des élections cruciales auront donc lieu dans le Doubs.

C'est un nouveau coup dur pour le président de la République et sa majorité. En devenant commissaire européen, Pierre Moscovici va laisser son poste de député vacant. Ce départ, officialisé ce mardi 4 novembre, ouvre donc la voie à une élection législative partielle dans sa circonscription du Doubs. Le résultat aura une importance cruciale car, en cas de défaite, le parti socialiste perdra la majorité absolue à l'Assemblée nationale.

Surtout, le scrutin s'annonce compliqué. En 2012, l'ancien ministre a remporté la victoire avec 49% des voix, au sein d'une triangulaire avec l'UMP et le Front National. Le contexte politique a changé et le suppléant, Frédéric Barbier n'a pas la même notoriété.

Il y a encore peu, l'exécutif espérait éviter une nouvelle élection en laissant ce poste au suppléant de Pierre Moscovici. L'idée était de confier à ce dernier une mission "sur la place de la France en Europe" début mai.

En mission, le parlementaire peut-être remplacé au bout de 6 mois par son suppléant. La mission a commencé le 5 mai et cette règle aurait été effective si la nomination à Bruxelles de Pierre Moscovici avait eu lieu le 6 novembre. Trop tard. Il n'a d'autre choix que de démissionner.

La nouvelle élection aura lieu dans un délai de trois mois maximum.
 

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !