Autoroutes gratuites : Ségolène Royal persiste estimant avoir simplement "mis le débat sur la table" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Ségolène Royal persiste
Ségolène Royal persiste
©Capture

Deuxième couche

Autoroutes gratuites : Ségolène Royal persiste estimant avoir simplement "mis le débat sur la table"

Interrogée par Radio Classique/LCI, la ministre de l'Ecologie a expliqué qu'il fallait "rendre aux automobilistes l'argent qu'ils ont trop payé".

La prestation de Ségolène Royal mardi sur RTL a été très remarquée. Et pas forcément appréciée par Manuel Valls. En effet, la ministre de l'Ecologie avait proposé une gratuité, "par exemple le week-end" des autoroutes, ainsi qu'une baisse de 10 % des tarifs des péages. "Quand il y a beaucoup de bouchons, que les familles qui sont allées prendre l'air reviennent et tombent dans les bouchons le dimanche, pourquoi ne pas fluidifier le circuit en laissant la gratuité ?" avait-elle expliqué.

Recadrée par Matignon qui a indiqué que cette proposition n'était pas "difficilement envisageable", elle a pourtant justifié sa sortie mardi soir et a même persisté ce mercredi. Elle qui revendique "une liberté de parole" a donc déclaré ce mercredi sur Radio Classique/LCI qu'il fallait "rendre aux automobilistes l'argent qu'ils ont trop payé".

Pour expliquer encore sa sortie médiatique tonitruante, la ministre a affirmé : "Ce que j'ai fait, c'est simplement mettre le débat sur la table"; Pour elle, trois options sont envisagées : "Soit on baisse les tarifs, soit les autoroutes investissent pour améliorer le système routier et les infrastructures, ce qui évitera qu'on reprenne des impôts sur les gens, soit on fait des prestations gratuites". Elle a aussi rappelé que la Cour des comptes et l'Autorité de la concurrence avaient déjà pointé la "rente" des sociétés autoroutières, mais que leurs rapports avaient été "laissés de côté". Manière de dire qu'elle est dans le vrai.

Lu sur Radio classique

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !