Autoroutes : Ségolène Royal souhaite "une gratuité le week-end", "difficilement envisageable" selon Matignon | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Ségolène Royal veut une baisse des tarifs des autoroutes
Ségolène Royal veut une baisse des tarifs des autoroutes
©Reuters

Non, c'est non

Autoroutes : Ségolène Royal souhaite "une gratuité le week-end", "difficilement envisageable" selon Matignon

La ministre de l'Ecologie avait fait cette proposition ce mardi matin sur RTL. Quatre heures plus tard, Matignon a réagi. Une sorte de nouveau couac.

Ségolène Royal a été plus que claire ce mardi matin sur RTL. Elle affirmé qu'elle voulait une baisse de 10% des tarifs autoroutiers et "une gratuité, par exemple, le week-end". Une déclaration qu'elle pondérait quelque peu en ajoutant "tout ça est à discuter" lors de négociations à venir entre le gouvernement et les sociétés autoroutières.

"Il y a 20% de tarif en trop, puisque quand une autoroute fait payer 100 euros, il y a 20 euros de trop qui sont empochés. Ce que je souhaite, c'est qu'il y ait baisse des tarifs autoroutes de 10%, avec une gratuité par exemple le week-end. Tout ça est à discuter" a-t-elle insisté.  "Souvent, je leur ai dit pourquoi vous ne faites pas au moins les autoroutes gratuites le week-end, par exemple, ou aux heures de pointes. Cela serait leur devoir", a-t-elle ajouté.

"Les autoroutes n'ont pas respecté le contrat qui était le leur, c'est-à-dire qu'elles auraient dû baisser les prix au fur et à mesure de la durée d'amortissement des autoroutes. Donc, les Français ont payé deux fois, lors de la construction et quand le gouvernement Raffarin-Villepin a privatisé les autoroutes" a encore affirmé la ministre.

Des propositions déjà écartées par Matignon. Quatre heures après sa sortie, les conseillers de Manuel Valls ont indiqué que la gratuité des autoroutes le week-end est "difficilement envisageable".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !