Audrey Pulvar suspendue d'antenne par CNews pour avoir signé une pétition anti-Le Pen | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Audrey Pulvar suspendue d'antenne par CNews pour avoir signé une pétition anti-Le Pen
©Capture D8

Stand-by

Audrey Pulvar suspendue d'antenne par CNews pour avoir signé une pétition anti-Le Pen

Selon Le Parisien, la chaîne reprocherait à sa journaliste d’avoir manqué à son devoir de réserve et de neutralité.

Suspendue. La chaîne CNews a décidé ce mercredi de suspendre Audrey Pulvar, une de ses journalistes les plus célèbres. D'après des informations du Parisien, la direction de la chaîne du groupe Bolloré lui reproche d'avoir signé une pétition anti-Marine Le Pen, et ce faisant, d’avoir manqué à son devoir de réserve et de neutralité.

La journaliste de 45 ans, qui anime les émissions "Le grand journal de la présidentielle" et "Le Grand Rendez-Vous", figure en effet parmi les signataires de "Féministes, nous ne voulons pas du Front National. Nous votons Emmanuel Macron !". Cette pétition a été lancée par Laurence Rossignol, la ministre de la Famille, de l'Enfance et des Droits des femmes. Elle regroupe plusieurs personnalités telles que Julie Gayet, Françoise Laborde, Bruno Solo, Delphine Horvilleur, Zabou Breitman ou  Agnès Jaoui. Le numéro 2 du FN, Florian Philippot, s’était étonné de la participation d’Audrey Pulvar, dénonçant sur Twitter un "vrai problème d'impartialité".

 

Mais cette suspension n’a pas été du goût de SOS Racisme. Dans un communiqué, l’organisation a fait part de son "indignation". "Non seulement les propos anti-Le Pen n'ont pas été tenus sur l'antenne de CNews mais, en outre, une journaliste ne saurait, au nom de cette prétendue «neutralité», être transformée en speakerine dénuée de toute pensée conforme aux valeurs de la République qui, faut-il le rappeler à la direction de CNews, se nomment «liberté, égalité, fraternité » au moins jusqu'au 7 mai prochain ?".

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !