CSA: pas de chronométrage du temps de parole d'Audrey Pulvar | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
CSA: pas de chronométrage 
du temps de parole 
d'Audrey Pulvar
©

Compagne électorale ?

CSA: pas de chronométrage du temps de parole d'Audrey Pulvar

Pour le président du CSA, il n'y a pas lieu de décompter le temps de parole de la journaliste et compagne d'Arnaud Montebourg.

Audrey Pulvar reste à son poste. La compagne d'Arnaud Montebourg, qui est journaliste sur France Inter et chroniqueuse sur France 2, a fait face à une série de critiques depuis qu'elle s'est montrée aux côtés du troisième homme de la primaire PS.

Au soir du premier tour de l'élection, la journaliste était en effet apparue buvant un mojito au bras d'Arnaud Montebourg qui fêtait son score surprise de 17%. Indignation du syndicat des journalistes de Radio France qui craignait une "confusion nuisible à l'image de France Inter et au travail des journalistes". Christophe Hondellate lançait, lui, qu'Audrey Pulvar n'avait plus sa place sur le service public.

Le Figaro, citant le CSA, suggérait alors que le temps de parole d'Audrey Pulvar serait décompté de celui du Parti Socialiste. Il n'en sera rien selon Michel Boyon, président du CSA. "Mme Pulvar n'étant pas, à ma connaissance, membre d'un parti politique, son temps de parole ne sera pas décompté", a-t-il précisé. D'autant que la journaliste martèle qu'elle n'a pas l'intention de participer à la campagne socialiste.

La chaîne France 2 a réitéré son soutien à celle qui est également chroniqueuse dans l'émission On n'est pas couchés, présentée par Laurent Ruquier, tandis que France Inter a rappelé à la journaliste qu'elle ne pouvait pas évoquer les questions de politique intérieur dans son billet matinal.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !