Audiovisuel : le gouvernement veut renforcer l'indépendance du CSA | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication.
Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication.
©Fondapol

Le CSA nouveau est arrivé

Audiovisuel : le gouvernement veut renforcer l'indépendance du CSA

Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication, annonce dans une tribune publiée dans Les Echos que le président de la République ne nommera plus que le président du Conseil supérieur de l'audiovisuel, qui passera de 9 à 7 membres.

Attendues depuis plusieurs semaines, les nouvelles modalités de nomination du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) sont désormais connues. Dans une tribune publiée dans le journal Les Echos daté de ce lundi, la ministre de la Culture et de la Communication, Aurélie Filippetti, a dévoilé "son ambition pour l'audiovisuel français". Elle explique notamment vouloir renforcer l’indépendance du CSA, qui désignera prochainement les PDG de l’audiovisuel public. Ainsi, "le président de la République ne nommera que le président de l'institution au lieu de 3 membres actuellement", écrit la ministre.

Les membres du CSA passeront par ailleurs de 9 à 7. L'Assemblée nommera trois membres, et le Sénat les trois autres, mais "l'avis conforme des commissions des affaires culturelles à la majorité des trois cinquièmes sera nécessaire".

"Le CSA va donc retrouver la prérogative de nomination des présidents de France Télévisions, de Radio France et de l’Audiovisuel extérieur de la France", poursuit Aurélie Filippetti. La ministre promet par cette déclaration l'enterrement d'une mesure décidée sous Nicolas Sarkozy, et qui prévoyait que le chef de l'Etat avait le pouvoir de nommer les patrons de l'audiovisuel français, souligne Europe 1. "L’audiovisuel a trop souvent été considéré en France comme un jouet dans les mains du pouvoir", a-t-elle ajouté.

Lu sur Les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !