Au Guatemala une commission demande la levée de l'immunité de Jimmy Morales | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Au Guatemala une commission demande la levée de l'immunité de Jimmy Morales
©Flickr

Crise politique

Au Guatemala une commission demande la levée de l'immunité de Jimmy Morales

Soupçonné de financement illégal de sa campagne, le président du Guatemala Jimmy Morales pourrait voir son immunité présidentielle levée.

Une commission parlementaire a donné son aval à la levée de l'immunité dont bénéficie le président Jimmy Morales sur des soupçons de financement illégal de sa campagne en 2015. Julio Ixcamey, président de ladite commission a déclaré qu'il était maintenant dans les mains de "la plénière de décider si elle retire ou non l'immunité". La date du vote définitif n'est toutefois pas encore connue et il faudra au moins 105 voix de parlementaires sur 185 se prononçant pour le "oui".

Un résultat peu probable au vu des alliances politiques nouées par le FCN-Nation (droite).  La levée de l'immunité avait été demandée le 25 août par la Cicig (Commission internationale contre l'impunité au Guatemala), ce qui n'avait pas manqué de provoquer l'ire du président Morales qui accusait le chef de la Cicig, Ivan Velasquez de s'immiscer dans les affaires du pays. Il avait par ailleurs ordonné son expulsion immédiate déclenchant des manifestations qui se sont calmées après une décision de la Cour constitutionnelle d'annuler le même ordre d'expulsion.

C'est ainsi une deuxième crise politique en l'espace de deux ans seulement dans le pays. La dernière remontant au départ et à l'incarcération de l'ancien président Otto Perez après un scandale de corruption et de fraude fiscale qui remontait au sommet de l'Etat.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !