Attentats en Espagne : l'imam de Ripoll au centre de l'enquête | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Attentats en Espagne : l'imam de Ripoll au centre de l'enquête
©AFP

Islamisme

Attentats en Espagne : l'imam de Ripoll au centre de l'enquête

Plusieurs des terroristes de Barcelone et Cambril vivaient dans la petite ville de Ripoll.

Quelques jours après les attentats qui ont fait 14 morts et une centaine de blessés en Espagne, l'attention des enquêteurs se concentre sur la petite ville de Ripoll, dont sont originaires plusieurs terroristes ayant participé aux attaques.

L'imam de la mosquée de la ville, Abdelbaki Es Satty, pourrait être au centre de la cellule terroriste, selon les enquêteurs. L'homme, qui a disparu depuis mardi, pourrait être un des morts de l'explosion de la maison d'Alcanar, soupçonnée d'être le siège des opérations logistiques du groupe terroriste. Son domicile a été perquisitionné samedi à l'aube. L'imam est connu des services de police, son nom ayant déjà été cité dans de précédentes affaires de djihadisme, notamment dans des dossiers liés aux très meurtriers attentats de Madrid de 2004.

Amprs que le ministre de l'Intérieur espagnol, Juan Ignacio Zoido, a affirmé samedi que la cellule terroristes a été "totalement démantelée", la police catalane a rappelé que l'enquête se poursuit et qu'un suspect est toujours en fuite. Younès Abouyaaqoub, un Marocain de 22 ans, pourrait être le conducteur du van qui a fauché des dizaines de piéton sur La Rambla de Barcelone. 

Cette cellule était selon les premiers éléments de l'enquête composée d'une douzaine de personnes : quatre ont été arrêtées, cinq tuées à Cambrils et trois autres identifiées, dont deux pourraient avoir été tuées dans l'explosion d'Alcanar.

Lu dans Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !