Attentats de Paris : les confidences glaçantes d'Abdelhamid Abaaoud, 90 "frères" seraient disséminés en France prêts à passer à l'acte | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Attentats de Paris : les confidences glaçantes d'Abdelhamid Abaaoud, 90 "frères" seraient disséminés en France prêts à passer à l'acte
©Reuters

Confessions et horreur

Attentats de Paris : les confidences glaçantes d'Abdelhamid Abaaoud, 90 "frères" seraient disséminés en France prêts à passer à l'acte

Le cerveau des attaques du 13 novembre évoque aussi des attentats "loupés" et ceux qu'il prévoit de commettre.

C'est un récit glaçant que Le Point diffuse ce vendredi. Le magazine dévoile que la police a pu reconstituer les confidences de Abdelhamid Abaaoud, après avoir interrogé les personnes l'ayant côtoyé peu après les attentats.

Après les attaques, "le cerveau" a erré aux alentours de Paris avant de se cacher à Aubervilliers, dans un buisson. C'est là qu'Hasna Aïtboulahcen, sa cousine morte lors de l'assaut de la police à Saint-Denis, vient le chercher avec une amie. Les deux femmes ont réquisitionné un taxi durant plusieurs heures pour le récupérer.

Pour parvenir à la localisation exacte d'Abbaoud, Hasna Aïtboulahcen est guidée au téléphone par un complice de l'Etat islamique habitant en Belgique. Le Point raconte que lorsque Abbadoud sort du bois, il est accompagné d'un acolyte non-identifié. Le terroriste se cache sous un bob de couleur crème et chausse des baskets orange. Sous son blouson apparaît du matériel, qui pourrait s'avérer être des armes ou des explosifs.

Dans la voiture, le cerveau des attentats va se laisser aller à plusieurs confidences. Oui, il est bien celui qui a coordonné les attentats, se déplaçant personnellement au Bataclan. Il parle également d'attentats "loupés", sans doute celui du Stade de France (qui aurait été cordonné par Salah Abdeslam, toujours en fuite). Il confie qu'il prépare de futurs attentats: une bombe dans un centre commercial de la Défense et une autre dans un commissariat.

Encore plus terrifiant, il évoque d'autres "frères", qui se trouvent en Île-de-France, et prêts à agir d'ici la fin de l'année .Il précise même leur nombre : 90.

A ce moment-là, l'obsession d'Abaaoud reste de trouver un point de chute et de se fondre dans la population. Sa cousine l'amène alors dans un appartement de Saint-Denis, un logement conseillé par son dealer "Mouss", un proche de Jawad Bendaoud. C'est là que les enquêteurs retrouveront sa trace et que le Raid interviendra pour mettre fin à la cavale du terroriste.

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !