Attentats de Paris : l'Etat islamique diffuse les noms des terroristes du 13 novembre | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Les terroristes sont désignés par leurs noms de combattants et leurs nationalités.
Les terroristes sont désignés par leurs noms de combattants et leurs nationalités.
©

Propagande

Attentats de Paris : l'Etat islamique diffuse les noms des terroristes du 13 novembre

Sur une image de propagande titrée "Just Terror", les terroristes apparaissent en tenue militaire, armés d'un couteau ou d'un fusil d'assaut.

Plus de deux mois après les attentats qui ont frappé Paris et Saint-Denis le 13 novembre, l'Etat islamique publie ce mercredi dans son magazine "Dabiq" neuf portraits des auteurs de ces attaques, mis en scène dans un photomontage. Sur cette image de propagande titrée "Just Terror", les terroristes apparaissent en tenue militaire, armés d'un couteau ou d'un fusil d'assaut. Le cerveau présumé des attentats de Paris, Abdelhamid Abaaoud, se trouve au-dessus des autres terroristes et affiche un regard déterminé. Quatre Français, trois Belges et deux Irakiens figurent également sur cette image. 

Les terroristes sont désignés par leurs noms de combattants et leurs nationalités ("al-Baljiki" pour les Belges, "al-Firansi" pour les Français). On y voit ainsi Abdelhamid Abaaoud, alias "Abu Omar al-Baljiki", "Abu Qital al-Firansi", connu sous le nom de Samy Amimour, "Dhu-I-Qarnayn al-Firansi" pour Bilal Hadfi, ou encore "Abu-I-Qa'qa' al-Baljiki", dont le nom est Brahim Abdeslam. Foued Mohamed Aggad semble être "Abu Fuad al-Firansi". Ismaël Omar Mostefaï, alias "Abu Rayyan al-Firansi", est également représenté. "Abu Mujahid al-Baljiki" pourrait enfin correspondre à Chakib Akrouh, le dernier kamikaze identifié qui s’est fait exploser dans l’appartement de Saint-Denis. 

Lu sur Direct Matin

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !