Attentats de Paris : Cazeneuve met en colère les familles des victimes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Attentats de Paris :  Cazeneuve met en colère les familles des victimes
©Reuters

Bourde

Attentats de Paris : Cazeneuve met en colère les familles des victimes

Le ministre de l'Intérieur a qualifié de "pudding" l'une des propositions des parlementaires pour la création d'une agence nationale du renseignement. Les victimes des attentats du Caire, de Charlie Hebdo ou du 13 novembre sont outrées.

Interrogé mercredi par le député socialiste Sébastien Pietrasanta, rapporteur de la commission, sur les suites qu'il entendait donner à ses 40 propositions, dont la création d'une agence nationale du renseignement est la clé de voûte, Bernard Cazeneuve avait répondu : "Si elle devait être un guichet de plus là où vous pensez qu'il y en a déjà trop, nous serions dans une situation où nous aurions transformé le millefeuille que vous regrettez en plum pudding". Une métaphore culinaire qui a été peu appréciée par l'association «13 novembre: fraternité et vérité». «Franchement, parler de pudding, c'est à vomir. Nous sommes très remontés, c'est atterrant, abject, Cazeneuve continue à nier les erreurs et les failles du renseignement alors que les parlementaires écrivent un rapport de 300 pages pour, justement, montrer ces failles. C'est de la mauvaise foi politique», a déclaré Emmanuel Domenach, vice-président de l'association.

Le président de la commission, le député Les Républicains Georges Fenech a également dénoncé l'ironie de Bernard Cazeneuve. "Venir nous dire que ce que nous proposons c'est du plum pudding (...), c'est une injure à notre travail, un mépris, une arrogance, une suffisance. Je ne le laisserai pas faire", a vitupéré – t – il vendredi sur la chaîne parlementaire et Public sénat.

"Bien peu respectueux à l'égard des familles"

"Nous nous étonnons de la réaction de Monsieur le ministre de l'Intérieur" mercredi devant l'Assemblée nationale, qui a "d'ores et déjà rejeté une partie des conclusions de la commission", notamment dans son "refus de reconnaître l'existence de failles dans les services de renseignement" français, a écrit l'association «13 novembre: fraternité et vérité» dans un communiqué.

"Balayer aussi rapidement et aussi légèrement ces propositions nous paraît indécent et bien peu respectueux à l'égard des familles, qui attendent de l'Etat autre chose que l'expression d'une autosatisfaction invraisemblable et intenable face au terrible bilan du terrorisme", a ajouté l'association. "Nous ne nous résoudrons pas à ce que nos souffrances soient inutiles et à ce que les enseignements du 13 novembre ne soient pas tirés", a affirmé cette association, qui sollicite une entrevue avec le ministre "afin qu'il puisse nous expliquer en quoi la commission d'enquête se trompe".

De son côté, vendredi après-midi, Bernard Cazeneuve s'est défendu dans un communiqué. «L'expression d'interrogations sur deux propositions du rapport, qui en compte quarante, ne saurait en aucun cas être considérée comme une forme d'irrespect à l'égard du travail des parlementaires», a écrit le ministre. «Cette prudence concernant la création de nouvelles structures résulte de la volonté de ne pas soumettre les services de renseignement à un mouvement perpétuel de réformes, en l'absence d'un gain d'efficience substantiel garanti. Ces services ont déjà fait l'objet de nombreuses réorganisations au cours des derniers mois pour adapter leurs méthodes à une menace protéiforme et particulièrement élevée (...) L'urgence doit les conduire à se concentrer sur la protection des Français», ajoute – t – il.


 


 

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !