Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Manuel Valls lors de sa visite au centre d'accueil pour les familles de victimes à l'Ecole militaire, le 15 novembre.
©Reuters

Tâche difficile

Attentats à Paris: 103 des 129 morts identifiés par la police

103 des 129 morts ont été identifiés par la police, a annoncé Manuel Valls ce dimanche matin. Il reste encore entre "20 à 30" corps qui ne sont pas identifiés.

Manuel Valls a précise ce matin, suite à une visite au centre d'accueil pour les familles de victimes à l'Ecole militaire, que 103 des 129 victimes des attentats de vendredi à Paris ont été identifiées par les autorités. "Il y a 20 à 30 personnes qui n'ont pas été encore identifiées. Elles le seront dans les heures qui viennent. C'est ce temps-là qui est insupportable" pour les familles, a déclaré le premier ministre, entouré des ministres de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, et de la Défense, Jean-Yves le Drian.

"Ces familles, nous les accompagnerons aussi sur le plan juridique, sur le plan financier pour soulager ces familles qui sont déjà dans la douleur, pour toutes ces tâches administratives. Il y a une très grande mobilisation de tous les services de l'Etat, des associations d'aide aux victimes, des bénévoles, pour les aider", a-t-il déclaré.

Selon un bilan provisoire, parmi les tués figurent plus d'une vingtaine d'étrangers, dont trois ressortissants belges, un Allemand, trois Espagnols, deux Portugais, deux Roumains,un Anglais, deux Tunisiens, trois Chiliens, deux Algériens, un Marocain et deux Mexicaine

Suite à cette visite, le Premier ministre a pris à partie, Gare du Nord, par un homme expliquant être sans nouvelles de sa fille qui se trouvait au Bataclan le soir de l'attentat. "Monsieur le ministre ! Depuis deux jours, je ne peux même pas avoir de nouvelles de ma fille, qui était au Bataclan. Il n'y a personne qui soit capable de me donner des nouvelles de ma fille !" 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !