Attentats : le plan de Bernard Cazeneuve pour riposter à une attaque en région | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Attentats : le plan de Bernard Cazeneuve pour riposter à une attaque en région
©Reuters

Protection

Attentats : le plan de Bernard Cazeneuve pour riposter à une attaque en région

Le ministre de l'Intérieur souhaite davantage mobiliser les brigades anti criminalités (BAC) et les pelotons de surveillance et d'intervention de la gendarmerie.

"Chaque Français doit pouvoir bénéficier du même niveau de sécurité, où qu'il vive sur le territoire national". Les mots ont été prononcés par Bernard Cazeneuve il y a quelques jours à Metz devant des responsables de la gendarmerie et de la sécurité. De par son statut de capitale et de symbole, Paris est évidemment très surveillée… mais rien n'exclut que des groupes djihadistes ne visent aussi la province. Il existe en effet de nombreuses cibles stratégiques potentielles en dehors de la ville Lumière.

Selon Le Figaro, le ministre de l'Intérieur souhaite donc davantage mobiliser les brigades anti criminalités (BAC) de la police nationale et les pelotons de surveillance et d'intervention de la gendarmerie (PSIG). Leurs moyens vont être renforcés en matériels mais également en effectifs : 150 pelotons de la gendarmerie, baptisés PSIG-Sabre, vont ainsi commencer à être déployés dès la fin du premier semestre. En termes de budgets, Le Parisien précise que 6,6 millions d'euros sont débloqués pour améliorer les équipements. 

>>>> A LIRE AUSSI : Le quinquennat de Nicolas Sarkozy, c’est maintenant ? Quand Bernard Cazeneuve reprend discrètement l’idée d’étendre le permis de port d'armes à certaines missions de sécurité privée

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !