Attentat à Istanbul : l'enquête se poursuit, un suspect arrêté | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Attentat à Istanbul : l'enquête se poursuit, un suspect arrêté
©REUTERS/Murad Sezer

Investigations

Attentat à Istanbul : l'enquête se poursuit, un suspect arrêté

Un Syrien âgé de 28 ans, présenté comme un membre de l'Etat islamique est l'auteur de l'attentat mais la police recherche des complices.

Un acte d'un loup solitaire ? Une action planifiée par un groupe ? La police turque cherche encore des réponses ce mercredi au lendemain de l'attentat-suicide attribué au groupe État islamique qui a tué 10 personnes à Istanbul. Les enquêteurs ont attribué cette nouvelle attaque à un Syrien âgé de 28 ans, entré sur le sol turc il y a quelques jours depuis la Syrie et présenté comme un membre de l'EI.

Dans la foulée de l'attentat, la police turque a poursuivi ses descentes dans les milieux djihadistes arrêtant 9 personnes, dont 3 ressortissants russes, à Antalya. Par ailleurs, le ministère turc de l'Intérieur a annoncé l'arrestation d'un suspect qui aurait pu aider à planifier l'attentat. Dans le même temps, selon les médias turcs, l'auteur de l'attaque d'Istanbul s'appelait Nabil Faldi. C'est grâce à ses empreintes digitales enregistrées par les services d'immigration qu'il a pu être rapidement identifié, a précisé la presse turque. 

Ce mercredi, le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu devait rendre visite mercredi aux blessés dans trois hôpitaux stambouliotes. L'attentat, qui a notamment visé un groupe de 33 touristes allemands, a provoqué une vive émotion à Berlin. Le ministre allemand de l'Intérieur Thomas de Maizière est arrivé mercredi à cette fin à Istanbul pour s'entretenir avec son homologue turc Efkan Ala.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !