Attaques racistes contre Taubira : l'ONU les condamne | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
L'ONU condamne les propos racistes à l'encontre de Christiane Taubira
L'ONU condamne les propos racistes à l'encontre de Christiane Taubira
©Reuters

Halte là !

Attaques racistes contre Taubira : l'ONU les condamne

Le Haut-Commissariat aux droits de l'homme a dénoncé ce vendredi des "abus totalement inacceptables".

Ces dernières semaines Christiane Taubira a été la victime de nombreuses insultes racistes. Par exemple, fin octobre, à Angers, plusieurs enfants ont brandi des bananes au passage de la ministre de la Justice en la qualifiant de "guenon". Plus récemment encore, c'est l'hebdomadaire Minute qui s'en est pris à la garde des Sceaux. En osant titrer "Maligne comme un singe, Taubira retrouve la banane", le journal a provoqué un tollé immense au sein de la classe politique française. De tels dérapages que n'accepte pas l'ONU. En effet, ce vendredi Haut-Commissariat aux droits de l’homme, une agence des Nations Unies, a tenu à fermement condamner ces attaques racistes contre Christiane Taubira.

"Nous condamnons les attaques racistes dont fait l’objet depuis plusieurs semaines la Ministre française de la Justice, Christiane Taubira, et notamment la couverture d’un hebdomadaire d’extrême droite Minute publié mercredi avec la photo de la Ministre accompagnée de la légende: "Maligne comme un singe, Taubira retrouve la banane"", a déclaré un porte-parole du Haut-Commissariat lors d’un briefing à Genève.
Selon lui, "l’intention raciste qui se cache derrière ce jeu de mots ne fait aucun doute, et ce malgré les protestations du magazine", qui affirme n’avoir utilisé que deux expressions françaises, "dont la seconde est familièrement utilisée pour décrire une personne en bonne forme".

Et de poursuivre de manière cinglante : ces "abus totalement inacceptables perpétrés à l’encontre d’une responsable politique connue en raison de sa couleur de peau sont une manifestation claire de la montée du racisme, de la xénophobie et de l’intolérance à l’encontre des minorités ethniques ou religieuses et des migrants dans de nombreux pays européens". Christiane Taubira s'est elle-même exprimée sur ce sujet mercredi sur France 2. La ministre de la Justice a estimé : "Il faut reconnaître effectivement que ce sont des propos d'une extrême violence" et "qui dénient mon appartenance à l'espèce humaine". Et à la question de savoir s'il y avait une désinhibition de la parole raciste en France, elle a déploré : "C'est absolument incontestable, c'est pour cela que nous devons faire face, faire front. Il y a des paroles qui ont surgi dans l’espace public qui n’ont pas donné lieu à des réactions et ont laissé d’autres croire qu’ils pouvaient se désinhiber".

Mais la vague croissante de racisme et de xénophobie semble toucher toute l'Europe. En effet, ce n'est pas la première fois que le Haut-Commissariat prend position sur cette question. Il avait déjà condamné en juillet dernier des attaques similaires contre la Ministre italienne de l’intégration, Cécile Kyenge.

 

lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !