Attaque du Louvre : l'assaillant "formellement identifié" comme étant Abdallah El-Hamahmy | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Attaque du Louvre : l'assaillant "formellement identifié" comme étant Abdallah El-Hamahmy
©Reuters

Confirmation

Attaque du Louvre : l'assaillant "formellement identifié" comme étant Abdallah El-Hamahmy

Cet Égyptien de 29 ans a affirmé avoir agi "sans être commandité par le groupe État islamique".

C'est désormais une certitude. L'homme qui a attaqué avec deux machettes des militaires au Carrousel du Louvre, vendredi dernier, à Paris a été "formellement identifié" comme étant Abdallah El-Hamahmy, un Egyptien de 29 ans. L'homme, qui a été grièvement blessé par des tirs de riposte des soldats, avait ensuite décliné son identité, mais celle-ci devait encore être vérifiée.

Aujourd'hui, il n'y a désormais plus de doutes. Sa garde à vue a été levée en raison de la forte dégradation de son état de santé. Abdallah El-Hamahmy serait totalement inconnu des services de renseignement français, et son arrivée sur le sol français aurait été effectuée en toute légalité.  

Lors de son audition de lundi (mais les informations n'ont filtré que ce mercredi), il a soutenu qu'il avait agi "sans être commandité par le groupe État islamique (EI)" et avoir agi de son plein gré.

De nombreuses zones d'ombres entourent encore son acte, notamment concernant les motivations et les influences. Lors d'une perquisition dans un appartement loué dans le VIIIe arrondissement de Paris, un quartier cossu, d'importantes sommes d'argent ont été retrouvées. Selon une information du Figaro, il aurait versé via la Western Union 5000 euros en deux fois, les 31 janvier et 1er février, à un compatriote basé en Pologne et identifié par la police.

A LIRE AUSSI : Attentat du Louvre : le chaos de la campagne présidentielle représente-t-il une prime au terrorisme ?

Lu sur BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !