Attaque du bus de Dortmund : l'auteur présumé de l'explosion arrêté | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Attaque du bus de Dortmund : l'auteur présumé de l'explosion arrêté
©AFP

Enquête

Attaque du bus de Dortmund : l'auteur présumé de l'explosion arrêté

L'assaillant avait spéculé sur une baisse du prix de l'action du Borussia et cherchait à s'enrichir en attaquant l'équipe, selon le Parquet général fédéral allemand.

L'auteur présumé de l'explosion contre le bus de l'équipe de football allemande, un germano-russe de 28 ans, a été interpellé ce vendredi dans la région de Tübingen (sud-ouest), selon le Parquet général fédéral allemand. Le parquet a précisé que le mobile de l'auteur de l'attaque - Sergej W. - ne semble pas terroriste, contrairement à la piste un temps envisagée. L'homme avait spéculé sur une baisse du prix de l'action du Borussia et cherchait à s'enrichir en attaquant l'équipe, explique encore le parquet.

"Tentative d'homicide"

Selon cette même source, l'assaillant avait acquis le jour de l'attaque de Dortmund, mardi 11 avril, l'équivalent de 15 000 options du club en pariant sur leur baisse. La transaction, financée par un "crédit à la consommation", avait été effectuée depuis un hôtel de cette ville, "L'Arrivée", où logeait précisément l'équipe allemande. Il aurait pu engranger jusqu'à 3,9 millions d'euros de bénéfices, rapporte le quotidien allemand Bild.

Selon le parquet, l'homme avait bien préparé son attaque. Il avait loué depuis "mi mars" une chambre dans cet hôtel où il s'était installé deux jours avant les faits, manifestement pour mieux observer les allées et venues des joueurs. Les autorités allemandes, qui penchaient pour un attentat, avaient ouvert une enquête pour "tentative d'homicide", sans utiliser officiellement la qualification "terroriste", jugeant qu'il était trop tôt pour tirer des conclusions.

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !