Attaque chimique en Syrie : les Etats-Unis frappent une base aérienne du régime | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Attaque chimique en Syrie : les Etats-Unis frappent une base aérienne du régime
©JIM LO SCALZO / POOL / AFP

Escalade

Attaque chimique en Syrie : les Etats-Unis frappent une base aérienne du régime

59 missiles Tomahawks auraient été tirés depuis des destroyers située en Méditerranée, ont indiqué des responsables américains.

Ils avaient fait part de leur impatience devant les négociations à l’ONU, leur réaction a été quasi-immédiate. Les Etats-Unis ont frappé dans la nuit de jeudi à vendredi une base aérienne syrienne en réponse à l'attaque chimique présumée attribuée au régime de Bachar el-Assad, ont indiqué des responsables américains. Cette frappe a été menée à 4h40 du matin (3h40 heure de Paris), sur la base aérienne de Shayrat, qui serait, selon le gouvernement américain, "associée au programme" syrien d'armes chimiques, et d’où seraient partis les avions responsables de l’attaque de Khan Cheikhoun.

Depuis la Méditerranée, les destroyers de la Navy, USS Porter et Ross, ont tiré 59 missiles Tomahawks qui ont visé "des avions, des entrepôts, des entrepôts de munitions, des systèmes de défense aérienne et des radars", a précisé l’armée américaine. Immédiatement, la télévision d'Etat syrienne a qualifié  d'"agression" ces frappes américaines. Joint par l’AFP, le gouverneur de Homs, province visée, a indiqué que l’attaque avait fait des morts. "Il y a des martyrs, mais nous n’avons pas encore de bilan ni pour les martyrs ni pour les blessés".

Dans l’avion qui le conduisait à une rencontre importante avec le président chinois Xi Jinping, Donald Trump avait lancé : "Ce qu’Assad a fait est terrible. Ce qui s’est passé en Syrie est une honte pour l’humanité et il est au pouvoir, donc je pense que quelque chose devrait se passer".

Lu sur 20 minutes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !