Attaque à la préfecture de police : LR va demander une commission d'enquête à l'Assemblée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Attaque à la préfecture de police : LR va demander une commission d'enquête à l'Assemblée
©LUDOVIC MARIN / AFP

Défaillances

Attaque à la préfecture de police : LR va demander une commission d'enquête à l'Assemblée

Cette commission d'enquête sera "chargée de faire la lumière sur les dysfonctionnements ayant conduit aux attaques commises à la préfecture de Police de Paris".

'Après l’attaque qui a fait quatre morts jeudi à la préfecture de police de Paris, l’opposition de droite réclame une commission d’enquête parlementaire, a annoncé le patron des députés Les Républicains, Christian Jacob, samedi à l'AFP. Il souhaite la voir commencer "ses travaux dans les plus brefs délais".

"L'affaire est très grave" et doit être prise "très au sérieux parce qu'elle engage la sécurité, l'efficacité de nos services de renseignement", estime Christian Jacob. Le député LR Eric Ciotti a indiqué avoir déposé, avec l'accord de Christian Jacob, une proposition de résolution "relative à la création d'une commission d'enquête parlementaire chargée de faire la lumière sur les dysfonctionnements ayant conduit aux attaques commises à la préfecture de Police de Paris le jeudi 3 octobre 2019". Sur Twitter, Eric Ciotti a écrit : "Le ministre de l'Intérieur nous a dit dans les premières minutes: 'Circulez il n'y a rien à voir!' M. @CCastaner a-t-il voulu cacher la vérité ou bien est-il seulement incompétent? Il est discrédité pour poursuivre sa mission."

Le ministre de l'Intérieur est sous le feu nourri de l'opposition. Le président du groupe LR au Sénat, Bruno Retailleau, a écrit également sur Twitter : "Le ministre de l'intérieur doit répondre à cette question : comment un individu présentant un tel profil (signalement en 2015, fréquentation d'un imam proche des frères musulmans) a t-il pu occuper un poste dans un service sensible de la préfecture de police ?" 

"Trop c’est trop. Le ministre de l’intérieur n’est pas capable d’assumer sa mission. Il ne peut pas rester en fonction. Il en va de la sécurité nationale", a même écrit le député Guillaume Larrivé.

Marine Le Pen fait également partie des responsables politiques demandant des comptes au ministre de l'Intérieur : "Si la dimension terroriste se confirme, cela signifie que l’un des hauts lieux du renseignement français accueillait, en son sein, un islamiste. Ce serait un scandale majeur !", a réagi, vendredi, la présidente du Rassemblement national.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !