Assistants parlementaires du MoDem : l'enquête confiée à des juges d'instruction | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Assistants parlementaires du MoDem : l'enquête confiée à des juges d'instruction
©DAMIEN MEYER / AFP

Justice

Assistants parlementaires du MoDem : l'enquête confiée à des juges d'instruction

Le parquet de Paris a ouvert une information judiciaire contre X pour "abus de confiance, recel d'abus de confiance et escroqueries".

Une information judiciaire a été ouverte contre X pour "abus de confiance, recel d'abus de confiance et escroqueries" dans le cadre de l'affaire des assistants parlementaires du MoDem, a annoncé ce 20 juillet le parquet de Paris. Des juges d'instruction cherchent à savoir si certains collaborateurs d'eurodéputés du parti de François Bayrou ont été en partie rémunérés par les fonds publics du Parlement européen alors qu'ils étaient en réalité affectés à d'autres tâches pour le parti.

En mars dernier, Sophie Montel, une députée européenne du Front national, avait alerté le parquet de Paris. Dans une lettre de dénonciation, elle avait nommé une vingtaine d'eurodéputés, dont ceux du MoDem, qui selon elle, ont utilisé des fonds européens pour rémunérer en partie certains de ses permanents. Cette information a été complétée par le témoignage d'un ancien collaborateur de Jean-Luc Bennahmias. Le 7 juin dernier, il assurait avoir été rémunéré par le Parlement alors qu'il était affecté à d'autres tâches pour la formation politique. Cette version a été démentie par l'ancien eurodéputé.

Toutefois, ces révélations ont valu, fin juin, la démission successive du garde des Sceaux François Bayrou, de la ministre chargée des Affaires européennes Marielle de Sarnez et de la ministre des Armées Sylvie Goulard. 

Lu sur BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !