Le nucléaire pakistanais peut-il tomber aux mains des terroristes ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le Pakistan ou les dangers de la prolifération nucléaire.
Le Pakistan ou les dangers de la prolifération nucléaire.
©

Menace

Le nucléaire pakistanais peut-il tomber aux mains des terroristes ?

Inquiétude pour les armes nucléaires tactiques plus faciles à dérober.

Une arme nucléaire tactique pakistanaise qui tombe aux mains d'un commando d'Al Qaïda. C'est ce "scénario cauchemardesque" comme il l'appelle lui-même que Chris Allbriton, responsable du bureau de l'agence Reuters à Islamabad (Pakistan) évoque.

L'idée paraît folle, mais une récente attaque de Taliban montre que la sécurité des bases militaires pakistanaises n'est pas garantie face au terrorisme. Fin mai 2011, c'est la base aéronavale de Mehran, à Karachi, qui a été attaquée par une quinzaine d'hommes lourdement armés. Les combats ont duré une dizaine d'heures, deux avions  de surveillance maritime de type Lockheed P-3C Orion (équivalent du Bréguet Atlantique français) ont été détruit au lance-roquette, 13 militaires ont été tués et 15 blessés lors de l'assaut.

La base est située à 10 km de l'aéroport international de Karachi.

En octobre 2009, les Taliban avaient attaqué, de nuit, le grand quartier général (GHQ) de l'armée pakistanaise, à Rawalpindi, aux portes d'Islamabad. Il y avait eu 19 morts. 

Les terroristes pourraient prendre le contrôle d'une arme nucléaire, soit en attaquant la base qui l'abrite (les deux exemples ci-dessus montrent qu'ils réussissent à pénétrer même dans des zones considérées comme hautement sécurisées), soit avec la complicité d'un chef d'unité, en profitant d'une période de crise entre le Pakistan et l'Inde. Allbrition ne parle pas du vol d'une bombe nucléaire mais de "petites" armes nucléaires tactiques, de missiles balistiques à charge nucléaire. Des engins mobiles, de petite taille, faits pour être utilisés sur le champ de bataille.

En temps normal, en temps de paix, les ogives nucléaires et les vecteurs sont bien sûr séparés, pour des raisons de sécurité. Mais en période de crise, les armes pourraient être assemblées, et les codes d'utilisations fournis aux troupes censées les utiliser. C'est à ce moment là que certains experts voient un risque inquiétant.

La dépêche Reuters a été reprise par le quotidien pakistanais Dawn. Sur le site du journal, les commentaires montrent qu'il y a débat. certains y voient un scénario digne d'Hollywood, ou de la propagande contre le Pakistan.

"La sécurité aux États Unis est très bonne ? C'est pourquoi on a vu le 11 Septembre. L'Inde a ses propres extrémistes et un arsenal nucléaire" écrit Jaspinder.

"C'est peut-être l'imagination d'un média étranger, mais l'attaque contre la base navale a montré les capacités des terroristes."  Iqbal Ahmed.

La dépêche sur le site du quotidien Dawn

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !